Articles tagués société

Documentaire : La consommation à outrance…je consomme donc je suis.

Dans la société de consommation moderne le neuf et le beau ne suffisent plus: il faut posséder (parfois en plusieurs exemplaires) les produits dernier cri les plus performants. Les achats ne sont plus destinés à répondre à des besoins fondamentaux mais à satisfaire nos désirs à être enviés à épater. Conséquence: le bonheur que procure l’acquisition d’un nouvel objet est toujours plus éphémère; nous sommes en proie à un sentiment d’insatisfaction permanente. De plus, la durée de vie des produits ne cesse de diminuer, conduisant à l’épuisement des ressources et à l’accumulation des déchets. Derrière l’attitude de ces acheteurs boulimiques se profile un véritable scénario catastrophe. Est-il trop tard pour arrêter la machine que nous avons lancée? Sociologues, psychologues, philosophes, spécialistes du marketing et de la publicité reviennent sur les limites du consumérisme et notre recherche effrénée du bonheur. Un documentaire sans concession sur les limites du capitalisme et du rêve américain.

Les 2 autres parties du documentaire ici : Lire la suite »

Publicités

, , , ,

1 commentaire

Omar Ba : « N’émigrez pas ! L’Europe est un mythe”

L’écrivain sociologue Omar Ba signe un nouveau pamphlet sur la difficulté des trajectoires migratoires.Taxé de «travailler» pour l’extrême droite par certains, de «cracher dans la soupe» pour d’autres, ou encore d’être «à la solde des Blancs»…sa prise de position dérange.

Le titre de cet ouvrage sonne comme un avertissement sans appel. Omar Ba, loin des idées reçues, nous expose sa vision de l’immigration africaine en Europe et fustige à cette occasion tous les «bien-pensants» qui en voulant défendre des valeurs humanistes se tromperaient de cible : la défense de l’immigration est un piège, se préoccuper du sort de l’Afrique qui se vide de ses forces vives…un défi.

L’auteur, né à Thiès au Sénégal, est sociologue de formation, son ouvrage est empreint de sa propre expérience d’immigré en France et de tous ceux qui ont croisé sa route, sa réflexion est celle d’un homme qui semble attaché à briser les «tabous» en dépeignant les «galères» ordinaires des prétendants à l’immigration, aux papiers en règles…le jeu en vaut-il la chandelle ?

La réponse est non.

Car loin de correspondre à l’image renvoyée entre autres par les médias, la réalité européenne s’avère d’une dureté insupportable pour l’immigré africain, la désillusion peut être totale, le retour impossible (manque d’argent et bien souvent impossibilité d’avouer l’échec de son « rêve européen »).

En s’attaquant au sujet de l’immigration, Omar Ba, renvoie un miroir au lecteur qui ne peut pas laisser indifférent.Taxé de « travailler » pour l’extrême droite par certains, de « cracher dans la soupe » pour d’autres, ou encore d’être « à la solde des blancs »…sa prise de position dérange.

En effet si l’auteur avait été blanc ses propos n’auraient pas eu le même impact, catalogué anti-immigration, personne n’aurait cherché à comprendre la réalité de son message. Pourtant, Omar Ba est bien noir, africain et il dénonce les partisans d’une immigration massive, cela mérite de s’attarder sur ses arguments et chercher à comprendre.

Pour le lecteur européen, l’immigration est un sujet polémique qui comme les saisons revient dans l’actualité de manière cyclique, ici on y découvre l’envers du décor comme l’immigré  découvre l’envers du décor de l’Europe

Mais il va plus loin en délivrant « un autre discours sur l’immigration qui tord le cou aux niaiseries idéologiques », Omar Ba pousse à s’interroger sur le sens de combats menés par des européens convaincus du bien- fondé de leurs actions, n’y-a-t-il pas encore dans ces combats quelques relents, paradoxalement colonialistes ? Ne serait-il pas plus facile aux yeux de certains que l’auteur se positionne en victime, que l’on doit protéger et inconsciemment qui devrait être redevable de « l’accueil » qui lui a été réservé ?

Le manichéisme actuel qui catalogue d’un côté les  citoyens « racistes » et de l’autre les « humanistes » doit être dépassé rapidement car il sclérose nos représentations et nos actions.

, , , ,

Poster un commentaire