Articles tagués manipulation d’opinion

La crise financière vue par les Guignols

Publicités

, , ,

Poster un commentaire

Analyse de la stratégie de l’UMP pour empêcher Marine Le Pen de se présenter

Vodpod videos no longer available. Ci-dessous le document en question: (« Gamma » étant le code utilisé pour ne pas citer Marine Le Pen)

, , , ,

Poster un commentaire

Comment le gouvernement a baissé artificiellement les chiffres de la délinquance

Guéant et la délinquance

Voilà un chiffre qui tombe bien : le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a annoncé une baisse de 0,34% de la délinquance mardi 17 janvier 2012. Comme chaque année, le discours est bien rodé, Guéant, comme ses prédécesseurs (Besson, Hortefeux) a réponse à tout. Les violences aux personnes augmentent ? Oui, mais le chiffre global de la délinquance baisse. Et la hausse récente des cambriolages ? Guéant a une explication toute trouvée : ce serait lié aux « raids » de « malfaiteurs venus de l’étranger ».

Mais quel est le secret du gouvernement pour toujours obtenir une baisse du chiffre global de la délinquance, statistique fourre-tout qui comptabilise tous les faits constatés par la police et la gendarmerie? Facile : le pouvoir demande aux services de police et de gendarmerie de diminuer le nombre de faits constatés.

On le sait grâce au député socialiste, Jean-Jacques Urvoas, qui avait rendu public sur son blog une note du général d’armée, directeur général de la gendarmerie nationale. Libération avait relayé en octobre dernier les conclusions de cette note dont l’objectif était de « viser un bilan favorable de l’évolution de la délinquance 2011 ». Comment ?

Première consigne : diminuer les « infractions révélées par l’initiative des services » (IRAS). Ce sont ces fameuses infractions qui permettent d’augmenter artificiellement le taux d’élucidation des affaires. Quand on arrête un fumeur de shit, on constate une infraction, et on élucide l’affaire. C’est du 100% de réussite. Sauf que ces IRAS ne sont pas bonnes pour les statistiques de la délinquance générale qui comptabilisent tous les faits constatés. Dans sa note, le général demandait donc de ralentir les IRAS : « on note trop souvent des usages de stupéfiants qui pèsent sur la délinquance globale », écrivait-il.

Deuxième consigne : Lire la suite »

, , ,

Poster un commentaire

Agence France Presse : Une manipulation de plus

, , ,

Poster un commentaire

Crise de la dette : Deuxième phase

Alors que les préparatifs fébriles du sommet européen s’intensifient dans une dramatisation suspecte de manipulation de l’opinion, la deuxième phase de la crise de la dette donne en sous-main bien du souci, même si elle n’a pas les honneurs des grands titres. Devenues, à l’instar des États, un mauvais risque pour les investisseurs, les banques européennes connaissent à leur tour de sérieuses difficultés financières et font l’objet de toutes les attentions.

Se défendant d’être un prophète de malheur – un de plus ! – l’économiste en chef de Standard & Poor’s, Jean-Michel Six, justifie les mises sous surveillance de l’agence, qui se succèdent à un rythme soutenu, en énumérant les faits constatés : « D’abord, des perspectives de croissance trop faibles pour modifier la trajectoire de la dette publique à moyen terme. Ensuite, les banques européennes seront confrontées à des besoins de financement extérieur très importants début 2012, ce qui pourrait peser sur la dette publique si elles devaient faire appel à l’aide des États. » Standard & Poor’s a donc logiquement mis à leur tour sous surveillance les grandes banques européennes, après les États.

En attendant, les symptômes exprimant leurs gros soucis se multiplient. Que ce soit le volume des liquidités qu’elles empruntent à la BCE, en forte augmentation, ou celui des dollars qu’elles peuvent se procurer par la même voie, à la suite des accords intervenus entre les grandes banques centrales, dont la Fed. La hausse des dépôts effectués par les banques à la BCE exprime également sans équivoque la situation : les banques préfèrent la faible rémunération que cela leur procure aux risques d’un prêt à leurs consœurs via le marché interbancaire. Lire la suite »

, , ,

Poster un commentaire