Protection, sécurité du domicile

panicroom

Avant propos:

Cultiver un potager, stocker de la nourriture, creuser un puits, installer des panneaux solaires etc; tout cela ne sert à rien si on n’a pas un minimum de notion de et de protection.

Se préparer à une situation de crise sans penser à la façon dont on va défendre ses biens et sa personne est une ineptie.

Croire en la bonté naturelle de l’Homme est une chose mais ce qui est certain c’est que lorsque le monde tourne rond, il y a déjà un grand nombre d’individus à l’affût d’une occasion de voler, escroquer, faire mal aux autres…. alors quand le chaos s’installe, on peut être sûr que ce nombre se décuple de façon exponentiel.

L’homme est un loup pour l’homme. Peu importe l’époque, c’était vrai en 5000 avant JC et ça l’est toujours aujourd’hui.

La société dans laquelle on vit se donne des apparences de sureté et de sécurité. On se croit civilisé en respectant certaines règles de conduite et en craignant la justice. Mais tout cela est une illusion. Le monde est dangereux. Aujourd’hui et maintenant.

Des individus choisissent de ne pas se soumettre aux règles et appliquent leur propre loi jusqu’à ce qu’ils soient incarcérés. Beaucoup d’autres envisagent d’accomplir des actes répréhensibles mais n’agissent pas par crainte du « gendarme ».

Imaginons ce qui se passe quand une société voit ses services publics débordés; ses villes plongées dans l’obscurité, la pénurie énergétique. Tout ceux qui hésitaient à franchir la ligne jaune s’affranchissent de leurs craintes et passent à l’action, encouragés par un phénomène de masse et d’impunité. Les agresseurs ne seront pas des troupes de « crèvent la faim » médiévaux, non, ce seront des « Monsieur tout le monde » qui laisseront parler leurs bas instincts longtemps refoulés.

La société humaine façonne des individus chez qui le besoin doit être satisfait. Autrefois, il s’agissait quasiment uniquement de besoins essentiels et vitaux (eau, nourriture, abris, sécurité) Mais la société de consommation a évincé ces besoins qui paraissent évidents et irréels à l’occidental moyen pour les remplacer par des besoins superflus.

Il n’y a qu’a observer le comportement des gens lors des soldes. Ils font le pied de grue devant le supermarché avant l’ouverture. Ils rampent à 4 pattes sous la grille qui se lève pour entrer les premiers, courent dans les rayons en se bousculant, se jettent sur la marchandise soldée et se battent entre eux. On se croirait à une distribution de riz au Darfour sauf que là bas, les gens luttent pour leur survie. Chez nous, ils se battent pour une notion de confort.

Tout ça pour un écran Lcd ou une paire de basket….pathétique. Ils ont déjà une Tv et une paire de basket à la maison mais la société de consommation a rongé leurs esprits et elle guide leurs besoins

Qu’est ce que se sera si les besoins deviennent des éléments réellement vitaux pour de tels individus ?

Ils en viendront aux pires extrémités car ils ressentiront ce besoin comme jamais auparavant. Ils ne changeront pas pour autant de tête et de look du jour au lendemain. Ils resteront les mêmes à l’extérieur mais porteront en eux le désir de prendre ce qui ne leur appartient pas et seront perpétuellement à l’affut d’une occasion de « se servir ».

Se défendre:

C’est ne pas offrir d’occasion à celui qui convoite.

C’est gagner du temps pour s’organiser si il y a passage à l’acte d’un agresseur.

C’est être en mesure d’opposer une résistance aussi convaincante que décourageante pour « ceux d’en face. »

Ici pas de solution high tech, je propose des procédés, des conseils et des petits « trucs » utilisant des méthodes simples à mettre en œuvre. Chacun pourra adopter les idées qui lui paraissent pertinentes en fonction de sa situation personnelle.

Avant tout, il faut savoir que la sécurité est une habitude à prendre, une routine à adopter Beaucoup considèrent cela comme une contrainte, une perte de temps dans un mode de vie ou l’on n’a pas de temps à perdre. Malheureusement se dire que ça n’arrive qu’aux autres et compter sur la chance n’offre aucune garantie et peut avoir des conséquences dramatiques.

D’autre part, plus que dans n’importe quel autre domaine, la « loi de Murphy » régit la sécurité. Ainsi: On peut fermer et verrouiller sa porte d’entrée pendant 15 ans, ce sera toujours le jour ou la porte est simplement fermée mais NON verrouillée que les voleurs se pointeront.

Il faut changer ses habitudes pour acquérir le réflexe « Sécurité » et ne pas attendre d’être une victime pour en prendre conscience.

LA SECURITE DU DOMICILE:

Sécuriser son domicile est la première étape car c’est son chez-soi, son refuge, son sanctuaire.

                  Les abords :

propriete

Il ne faut pas les négliger car c’est la première ligne de défense. Ils sont aussi la première chose que voit un intrus d’une habitation et il base souvent sa décision de passer à l’acte en fonction de l’aspect qu’il a devant les yeux.

-Couper tout arbre malade, branche, arbre instable qui risque de s’abattre sur la maison par grands vent. Couper aussi tout arbre qui peut permette à un intrus de l’utiliser pour accéder aux étages supérieurs ou au toit de votre maison.

-Élaguer les branches à proximités des fils du téléphone.

-Supprimer tout buisson, arbuste, massif qui jouxte la maison afin de priver un intrus d’une cachette naturelle

-Avoir de bons rapports avec ses voisins, ils peuvent surveiller votre domicile en votre absence et ça n’a pas de prix.

-Éviter d’avoir une boite aux lettres qui débordent de pub. C’est un signal clair pour un voleur: « ici il n’y a personne ».

-De la même façon, éviter les autocollants sur la boite aux lettres du style « Pas de publicité » C’est aussi un signal clair « Ici on a tout ce qu’il faut, on n’a plus besoin de rien, la maison regorge de richesses ». Autant que possible, il vaut mieux demander aux voisins de vider régulièrement la boite aux lettres en cas d’absence.

-Éviter les autocollants « pas de représentants / colporteurs ». Ça peut vouloir dire « je veux qu’on me foute la paix, je suis un rustre associable » mais aussi: « je suis une personne seule, vulnérable et j’ai peur de parler à un inconnu ».

-Éviter de placer une boite aux lettres à l’intérieur du terrain. Elle doit être obligatoirement en périphérie. D’abord ça facilite la vie du facteur et ça évite surtout de donner un prétexte à un intrus pour entrer dans le périmètre et avoir l’occasion d’observer de prés le jardin et la maison. On l’ignore souvent mais lorsqu’on s’absente, il y a toute une quantité de types qui font du porte à porte pour offrir leurs services en jardinage, rempaillage de chaise, calendrier etc qui défilent à nos portes.

-Clôturer son terrain de façon efficace. Un muret à enjamber n’est pas suffisant. Haie épaisse de type bocage, mur haut, grille avec pare vue sont dissuasifs pour les rôdeurs mais choisir un mur ou une haie assez haute pour masquer la vue à un inconvénient: Le voisinage n’a plus vue sur votre habitation et en votre absence, des voleurs assez téméraires pour franchir l’obstacle peuvent « travailler » tranquillement. C’est une question de configuration du terrain au choix de chacun. Mais dans tous les cas, dresser un obstacle assez haut entre son périmètre et « l’extérieur » reste la solution de prudence.

Il est préférable de délimiter de façon incontestable son domaine pour être en mesure d’identifier de façon sûre et rapide un intrus se trouvant dans son périmètre. L’absence d’obstacle entre le jardin et la voie publique est un confort que seules les zones pavillonnaires ultra sécurisées peuvent se permettre.

-Sécuriser l’accès à son terrain. On doit être en mesure de voir qui se présente au portail sans pour autant que l’on soit vu et surtout sans avoir à ouvrir le portail. Les miroirs convexes utilisés pour voir arriver les automobiles sont bien utiles si on les détourne de cette fonction pour les placer à l’intention des piétons qui se tiennent devant le portail.

-Toujours refermer et verrouiller le portail après chaque entrée / sortie même si on ne s’absente pas longtemps. C’est impératif. Un portail ouvert sans véhicule devant le garage ou dans la cour est un pousse-au-crime. C’est une mauvaise habitude à perdre au plus tôt. Si un voleur en quête d’une proie découvre un portail ouvert sans véhicule dans la cour / entrée de garage, il va cataloguer l’habitation en « cible potentielle » et entrer dans le terrain (forcément un portail ouvert = pas de chien) pour y faire une reconnaissance des abords et tenter de jeter un oeil à l’intérieur, quitte s’il se fait pincer à dire qu’il cherche son chat. Il reviendra plus tard et aura tôt fait avec un peu d’observation de déterminer à quelle heure l’occupant part et pour combien de temps.

Un portail fermé masque la vue et ne donne aucune indication de présence ou d’absence du maitre des lieux. De plus, il peut représenter la « frontière » du territoire d’un chien. Bref: un portail fermé et verrouillé oblige le voleur à réfléchir et ça, c’est déjà dresser un obstacle psychologique entre lui et sa cible potentielle.

-De même quand on part: on peut placer un petit avertisseur de même teinte / matière que le portail (petit morceau de bois/métal) entre les deux battants Ça permet de savoir, si l’avertisseur est tombé ou déplacé au retour, que quelqu’un a tenté d’ouvrir ou a ouvert le portail. L’avertisseur est là pour accroitre la vigilance et alerter s’il n’est plus à sa place habituelle.

-Placer une cloche, un carillon ou un interphone vidéo clairement identifiable à coté du portail / point d’entrée du périmètre afin d’offrir aux visiteurs la possibilité de se signaler mais aussi d’ôter les doutes. Ainsi si on trouve un intrus dans son jardin et qu’il n’a pas sonné, c’est qu’il est là pour voler ou en reconnaissance.

-Quand quelqu’un sonne, ne pas se précipiter dehors pour ouvrir mais toujours observer les abords un minimum. Il peut très bien y avoir un « acteur » devant l’interphone vidéo tandis qu’un complice attend juste à coté de la porte que celle ci s’ouvre…

-Si le portail le permet, ménager une trappe de la taille d’une boite aux lettres. On peut réceptionner un colis sans avoir à ouvrir mais aussi s’adresser à un étranger quelconque en toute sécurité. Placer un sifflet et une tige métallique sur le battant intérieur du portail ou se trouve la trappe Si un agresseur s’agrippe en passant le bras par la trappe, on peux alerter l’entourage avec le sifflet ou se défendre avec la tige métallique pour lui faire lâcher prise.

-Disposer un lit de gravier de couleur clair autour de l’habitation. Le gravier, ça crisse sous les pas (on entend donc les mouvements et avec l’habitude on peut même dénombrer les bipèdes qui se déplacent dessus). En le choisissant de couleur clair, il permettra de nuit, de mieux discerner les silhouettes qui se déplacent autour de la maison.

perimetre_securite

– Si on aménage des massifs, il faut les placer intelligemment de sorte qu’ils ne bouchent pas la vue depuis la maison.

-Prendre garde aux installations dangereuses genre tessons de bouteilles au sommet des murs. Des enfants venus chaparder les cerises ou récupérer un ballon peuvent se faire bien mal et les conséquences peuvent mener au tribunal. Dans cette optique, garder une réserve de fil barbelé anti humain de type « Concertina » qui pourra être déployé un jour si le besoin s’en fait sentir. Hors crise, il faut éviter les installations qui peuvent blesser.

-Si on a la patience, le temps, et l’amour nécessaire, aller au refuge pour animaux et adopter un chien. Il sera un compagnon attachant et un gardien extraordinaire d’une habitation. D’autres animaux ont également cette capacité, comme les oies. Il faut les cantonner dans une zone car elles ont tendance à transformer en bourbier leur territoire.

Si on opte pour un chien, il faut penser à l’éduquer en s’inscrivant dans un club canin. Il ne s’agit pas d’en faire un tueur mais un chien doit au minimum acquérir certaines bases essentielles d’obéissance (revenir sur ordre / ne pas bouger sur ordre / cesser sur ordre / aboyer sur ordre / se taire sur ordre). L’éducation à la défense est superflue. Si un étranger fait mal au maitre, le chien dévoué à son maitre mordra l’étranger. C’est une évidence dans l’esprit d’un chien.

-Si on n’a pas de chien, on peut mettre un panneau « attention au chien » sur le portail (qui devra toujours être fermé pour laisser place au doute). Selon la visibilité offerte depuis la rue sur le terrain, on peut ajouter une vieille niche de récupération de bonne dimension avec une gamelle inox format « xl ». C’est un petit stratagème qui marche très bien d’autant que les rôdeurs détestent les chiens « silencieux » qui peuvent surgir de nulle part.

-Dans le même esprit, installer une ou deux caméras de surveillance factices mais bien visibles peut également dissuader un voleur. Dans le doute, il préférera s’abstenir;

-Des projecteurs à rechargement solaire et détection de mouvement sont maintenant disponibles sur le marché. Certains ont l’avantage d’être alimenté par des piles Nimh type AA qui se recharge avec un petit panneau solaire fourni. L’éclairage est assuré par des leds. Il ne faut pas rêver, ça ne fourni pas ce que fournit un spot halogène de 500w. Néanmoins, je trouve ce type d’appareil très intéressant pour éclairer de façon autonome les abords d’une porte d’entrée ou d’un garage à condition de le placer suffisamment en hauteur et de masquer au mieux le panneau solaire (risque de vol). Attention lors de l’installation d’un système avec détecteur à bien le positionner. Il ne faut pas que, par temps venteux, la végétation présente dans le champ de détection déclenche sans arrêt le détecteur.

-Si on dispose d’un éclairage dans le jardin, il faut veiller à ce que les sources lumineuses soient placées à proximité de l’habitation et qu’elles n’éclairent pas la façade mais soient dirigées vers l’extérieur pour éviter d’être ébloui lorsqu’on se trouve chez soi. Un interrupteur placé dans le hall d’entrée et une bonne chose mais un second interrupteur placé dans la chambre des parents est encore meilleur.

-Ne jamais laisser trainer d’outils/objets dans le jardin. D’abord parce qu’on peut se les faire dérober mais aussi parce que ça peut faciliter le travail d’un éventuel voleur (échelle sur une façade).

-Être « low profil ». Les portes de garages, granges, abris de jardin ouvertes en grand toute la journée et qui laissent apercevoir depuis la rue qu’on a un véritable magasin de bricolage/jardinage chez soi n’est pas « low profil »

-L’abri de jardin doit être verrouillé pour ne pas se faire piller son outillage mais aussi pour éviter d’offrir toute une panoplie de démolition à celui qui veut s’introduire dans la maison.

-Attention aux déchets et poubelles; Les voleurs les observent. S’il y a un carton de TV LCD 130cm Sony à coté d’une poubelle dans la rue, c’est un message clair pour celui qui en veut un gratuitement. Il faut compacter les cartons sur l’envers pour empêcher l’identification du contenu lorsqu’il s’agit d’un bien de valeur.

             L’habitation :

maison

La deuxième ligne de défense et parfois la dernière quand on est absent du domicile.

La sécurité 100% n’existe pas et tout ce qu’il y a à faire c’est retarder au maximum l’intrusion dans le domicile.

Quelques considérations

Il faut savoir que 90% des vols par effraction ont lieu en pleine journée, entre 14 et 19h quand les gens sont au travail.

Un voleur passe quasiment toujours par une fenêtre à l’abri des regards au rez de chaussée ou par une porte d’entrée.

Le voleur est un opportuniste. Il cherche l’occasion et mise tout sur : dissimulation / rapidité et force.

Un cambrioleur déteste passer du temps à essayer d’entrer dans une habitation. Il préférera laisser tomber au bout de quelques minutes voir quelques secondes et partir tenter sa chance plus loin.

Il déteste le bruit qu’il occasionne lorsqu’il casse pour entrer car ça a tendance à alerter le voisinage.

Il déteste passer trop de temps dans un logement et va à l’essentiel: facilement transportable et monnayable (bijoux, or, argent et petits appareils high tech) et il sait que ces objets sont rangés habituellement dans la chambre des adultes.

Les portes et fenêtres commercialisées sont très bien conçues pour isoler du froid mais pas pour résister à une effraction.

Vous l’aurez compris, on va parler des ouvertures car c’est le gros point faible de nos logements.

    LES OUVERTURES:
    LES FENETRES

fenetre

Il est finit le temps ou le cambrioleur équipé d’un diamant faisait une découpe dans la vitre et ouvrait ensuite proprement la fenêtre en passant une main gantée par l’orifice.

Le double vitrage, c’est épais et solide. Il faut taper sacrément fort avec un outil en métal pour en venir à bout. Et ça fait du bruit. Il faut ensuite déblayer le verre qui menace de tomber comme une guillotine sur la main du voleur. Bref, le double vitrage n’est pas aimé des voleurs et c’est un bon produit. Ce qui me gêne c’est ce qu’il y a autour du double vitrage;

Quitte à ruiner le moral de beaucoup de monde, il faut savoir qu’une fenêtre en PVC n’est pas du tout recommandée pour ralentir un voleur.

J’ai vu le phénomène des dizaines de fois. Les victimes entrent chez eux et découvrent le logement sans dessus dessous. « J’avais pourtant fermé toutes mes portes et fenêtres !!; Ah ben non, tiens c’est bizarre, cette fenêtre là est restée ouverte. Pourtant je suis persuadé de l’avoir fermée !»

Pas de bris de verre, non, juste une fenêtre ouverte. A tous les coups, c’est une fenêtre PVC.

Le PVC, c’est élastique. Peu importe que la fenêtre est équipée de points multiples de verrouillage, le châssis plie en effectuant une pesée avec un gros tournevis plat. La vitre ne se brise pas (c’est discret) et les points de verrouillage glissent du même coup hors de leur logement et la fenêtre s’ouvre en quelques secondes. Les voleurs adorent et les commerciaux ne le précisent pas quand ils vendent du vitrage high tech anti effraction.

L’avantage si j’ose dire d’une PVC est qu’on peut la refermer à nouveau sans faire appel à un professionnel. Seul le joint périphérique est légèrement endommagé par la pesée effectuée via le tournevis.

Les voleurs aiment aussi les volets roulants (électriques, à manivelle ou à sangles). Une pesée exercée sous le volet permet de le soulever suffisamment sans faire de bruit pour ménager un point de passage et accéder à la fenêtre PVC qui est derrière.

Une bonne fenêtre, c’est une fenêtre en bois. Une fenêtre dont le châssis cassera en faisant du bruit et des éclats plutôt que de plier lamentablement pour faciliter l’intrusion. Les fenêtre alu sont pas mal non plus mais certaines manquent cruellement de rigidité et présentent le même défaut que les PVC en plus d’un prix très élevé.

Si on veut sécuriser les ouvertures quelque soit le type de fenêtre qui équipe l’habitation, il faut installer des volets. C’est impératif.

Les volets classiques (pleins, non ajourés) à double ou simple battant en bois restent pour moi une valeur sûre.

Il faut les fabriquer soi même pour les « blinder » car ceux du commerce ne sont pas adaptés à la sécurité.

Il faut éviter d’utiliser du sapin (trop tendre). Il faut doubler l’épaisseur de bois afin d’insérer entre les deux épaisseurs une plaque d’acier galvanisée (ep=1mm minimum). Surtout, il faut adapter au plus juste le gabarit du volet par rapport à la maçonnerie l’entourant de façon à réduire au maximum les endroits ou un outil peut être glissé.

Les gonds doivent être dimensionnés correctement (un volet « durci » est lourd) et scellés dans la maçonnerie.

Le complément indispensable pour un volet est d’être équipé coté intérieur d’une barre amovible de sécurité en acier, avec pattes anti crochetage, boulon à tête collet carré et verrouillage possible par cadenas pour être en mesure de verrouiller durablement l’ensemble.

Au final, lorsque le volet est fermé, il doit s’intégrer totalement dans les dimensions du tableau de fenêtre qu’il couvre. La façade du logement doit être lisse et les battants du volet ne doivent pas affleurer ou faire saillie.

Pour ouvrir un tel dispositif, il faut faire beaucoup de bruit et y passer du temps et les voleurs n’aiment pas le bruit qui réveille la maison ou le voisinage et n’aiment pas s’attarder sur quelque chose qui ne cède pas facilement.

blindage

Surtout: FERMER LES VOLETS. C’est bon pour la facture de chauffage et mauvais pour les voleurs.

Toujours fermer les oscillo battantes ainsi que les fenêtres de toit type Velux. Quelque soit son accessibilité, une fenêtre entrouverte est une invitation pour un voleur, et il y en a de très agiles…

    LES OUVERTURES SECONDAIRES

fenetres_defense

Pour les ouvertures secondaires dont la taille permet le passage d’un homme ou d’un enfant, le scellement de barreaux est nécessaire (soupirail, lucarne).

Un barreau avant d’être scellé doit être imbibé de graisse et glissé dans un tube d’acier de diamètre légèrement supérieur. On obtient un super barreau anti sciage. Si on tente de scier le barreau, le tube pivotera sur l’axe du barreau et rendra l’opération très difficile.

Un autre type de barreau anti sciage peut être improvisé à partir d’un antivol de moto en U. On découpe à la meuleuse de gros diamètre l’antivol en acier cémenté et on scelle le barreau obtenu. La meuleuse n’aime pas mais celui qui tentera de scier un tel barreau encore moins.

    LES PORTES

porte

Tout comme les fenêtres, les portes d’entrée contemporaines sont faites pour isoler du froid et être esthétiques. La norme A2P qui régit le degré de sécurité n’offre qu’une résistance calculée en minutes à l’effraction et la moindre porte A2P est hors de prix. La encore, il vaut mieux se débrouiller par soi même et bricoler un peu.

Par portes d’entrée, on considère toutes portes ouvrant sur l’extérieur. Il ne faut pas oublier les portes arrières souvent prisées des cambrioleurs car invisibles depuis la rue.

Une porte est toujours forcée: par perçage ou arrachement du cylindre, sciage des pênes de fermeture, enfoncement ou dégondage de la porte, découpe du vantail, bris ou démontage du vitrage..

ATTENTION : Toujours verrouiller une serrure à double tour. Un seul tour de clef signifie que votre serrure perd 50% de sa résistance.

S’il y a moyen, adopter la technique du volet « blindé » décrite plus haut pour installer un volet adapté à la porte.

    Si on renforce la porte existante, il faut procéder de la même façon que les installateurs de portes blindées:
  • Enlever les moulures du coté intérieur et pose d’une plaque d’acier aux dimensions de la porte.
  • Aménager un trou pour insérer un judas optique.
  • Coté extérieur, pose de cornières anti effraction pour éviter l’introduction d’un outil entre l’ouvrant et le dormant

corniere effraction antieffraction

  • Remplacement des gonds s’ils sont trop faibles ou ajout de gonds.
  • Installation de pênes de sécurité / renforts de paumelles (ils prennent place sur le vantail et viennent s’insérer dans leurs logements prévus sur le dormant)

renfort

  • Poser une serrure multi-points (au moins 3 points – haut-bas-serrure)

serrure_a2pBien veiller à la solidité des gâches. Les logements ou viennent s’insérer les pênes doivent tenir le choc sans souci.

Ne jamais faire affleurer le barillet de serrure coté extérieur. S’il dépasse de la porte, il offre une prise pour une pince ou un coup de burin / masse. S’il dépasse, poser une plaque de protection adaptée

barilletBien veiller au bon état de la maçonnerie du chambranle. Ça serait con de voir tomber le bâti tout entier.

Les portes d’entrée s’ouvrent en règle générale toujours vers l’intérieur. Il peut être utile de disposer d’un système pour barricader la porte. On peut utiliser un madrier de bois qui vient prendre place en travers de la porte en s’insérant dans des logements prévus dans la maçonnerie.

Plus discret mais moins fiable, on peut glisser un bloc porte sous la porte en position fermée.

    En appartement:

Dans la mesure où la porte est le point d’entrée principal, il vaut mieux faire appel à un pro et se fendre d’une belle facture pour la pose d’un ensemble blindé avec serrure de sécurité. Attention: souvent l’installateur se concentre sur la porte et uniquement la porte. La conséquence est qu’on voit trop souvent des portes blindées fixées dans des cloisons trop minces et pas assez solides. Dans ce cas, la porte tiendra mais pas la cloison.

La démarche doit être double et une bonne porte ne va pas sans une bonne cloison autour. Autre point important: ne pas laisser le devis se faire gonfler par une serrure multipoint de la mort hyper high tech. Ce n’est pas utile. Il faut juste une serrure certifiée A2P de gamme intermédiaire avec suffisamment de double de clef (souvent très chères à reproduire par le fabricant).

porte_blindeeNe jamais installer d’entrebâilleur sur une porte d’entrée. Ils sont totalement inefficaces et ne résistent pas à une entrée « en force ».

    Les portes fenêtres coulissantes:

Elles représentent une grosse surface vitrée assez dissuasive à briser pour un voleur en raison du bruit et du risque de se blesser. Il préférera s’en prendre au verrou par pesée pour la faire coulisser. Pour le contrer, il faut placer un demi-chevron coupé à dimension, sur le sol, le long du rail coulissant, le long de la partie fixe afin de bloquer la partie mobile de la baie vitrée.

baie

    Les portes de garages:

Si le garage possède une porte donnant directement accès dans le logement, il faut blinder cette porte comme une porte d’entrée.

Les portes de garage sectionnelles ou basculantes sont souvent faciles à forcer par pesée.

Si le garage possède une autre sortie que la porte basculante / sectionnelle, on peut utilement empêcher le soulèvement par pesée de la porte en installant un verrou anti relevage ou en en bricolant un.

En maintenant la porte en position fermée: percer un trou d’un diamètre égal à un gros clou, à travers le rail de la porte, en partie basse de celle-ci, au dessus de la roulette. Quand on ferme la porte, on insère une tige métallique ou un clou de fort diamètre dans l’orifice du rail. La tige agira comme un verrou et empêchera l’ouverture de la porte.

garageCe sera ensuite une question d’ habitude à prendre car avec ce système, on est obligé de sortir du garage par une autre porte pour ensuite le verrouiller de l’extérieur. C’est contraignant mais c’est efficace.

Attention aux clefs. Il est utile de disposer d’un jeu de clefs caché à l’extérieur au cas ou un enfant s’enferme à l’intérieur par exemple. Il faut à tout prix éviter les cachettes trop évidentes (sous le pot de fleur/paillasson, dans l’abri de jardin etc…)

Le jeu de clefs de secours doit être enterré dans un sac étanche, dans le jardin. Seuls les adultes du logement connaissent l’emplacement de ce jeu de clefs et il n’est utilisé qu’en cas d’urgence.

    LE TOIT

Le toit est aussi un point faible. Enlever quelques tuiles, découper le film sous toiture, ôter l’isolant et casser le placo prend un peu de temps mais permet d’accéder à l’intérieur de la maison. Dans ce cas, à moins de refaire toute la toiture et de placer un bardage bois sur les chevrons comme dans certaines régions, il n’y a pas de solution miracle. Il faut juste avoir à l’esprit cette éventualité pour ne pas se faire surprendre.

L’INTERIEUR DU DOMICILE:

Le sanctuaire. L’endroit où l’on n’a pas envie de voir un étranger que l’on n’a pas invité.

    DISPOSITIONS UTILES

-Utiliser un programmateur électrique en cas d’absence pour simuler une présence humaine dans la maison (éclairage à partir de 19h + Chaine Hi fi / radio de 10h à 22h)

-Toujours disposer de deux téléphones. L’un en usage courant dans le séjour et le second dans la chambre des parents. Personnellement, je recommande un modèle filaire pour ce dernier. Ça évite les soucis de batteries HS et d’avoir à le chercher dans toute la maison à un moment critique. Le téléphone est extrêmement important car c’est le meilleur moyen d’alerte dont dispose la maison pour prévenir les secours.

– Une invention géniale, c’est le périscope. D’habitude, on l’utilise verticalement mais à travers la maçonnerie, horizontalement, et masqué par une bouche de ventilation bidon en façade, on obtient un extraordinaire instrument d’observation de l’aplomb des murs. Ce n’est pas aussi sophistiqué qu’une vidéo surveillance mais ça ne tombe jamais en panne de courant.

-Concernant les biens de valeurs

Ne pas mettre ses bijoux, sommes d’argent liquide et autres biens de valeur dans des endroits évidents.

Le liquide planqué dans l’armoire de la chambre où les bijoux dans la table de nuit ou dans la salle de bain sont à bannir. N’importe quel cambrioleur, même pressé, ira droit vers ces emplacements.

Ne pas laisser les clefs de domicile, clefs de véhicule, portefeuilles, moyens de paiement et autres téléphones portables bien en évidence dans le hall d’entrée. C’est également avec la chambre et la salle de bain, la pièce la plus « visitée »

Il vaut mieux aménager une cache dans ces pièces où radicalement mettre ces biens dans une autre pièce de la maison et ne pas hésiter à improviser.

Plinthe de salle de bain amovible

Objet déco évidé

Tiroir à double fond

Tableau électrique factice

Appareil vétuste ménager / Hi fi évidé

Lame de parquet / plinthe amovible

Évacuation Pvc d’eau factice avec bouchon à visser

Il y a toujours moyen de garder ses biens à proximité mais bien cachés. Il ne faut pas faciliter la vie d’un cambrioleur.

coffre_fort-Le coffre fort est une valeur sûre. Il y en a maintenant à prix très abordable, il faut un modèle à sceller/encastrer plutôt qu’à poser pour ne pas se faire voler le coffre tout entier. Personnellement, je préfère les modèle à clefs plutôt qu’a serrure électronique (je n’aime pas l’électronique) mais c’est au choix de chacun.

Il faut éviter de le placer à l’aplomb d’une conduite d’eau pour éviter que le contenu ne soit détrempé par une éventuelle fuite d’eau. Le logement ou il prendra place pourra être isolé avec un isolant pour hotte de cheminée. Ce type d’isolant préservera plus longtemps le contenu du coffre en cas d’incendie dans la maison.

Il faut obligatoirement cacher le coffre à la vue et ne pas placer la clef dans un endroit évident (table de nuit, boites à clefs, tiroir de bureau etc …). Il vaut mieux fixer celle ci à un clou derrière une poutre, scotchée sous un meuble, dans un pied de lit évidé ou dans un faux boitier d’interrupteur. Là encore il faut de l’imagination en fonction de son lieu de vie et de ses habitudes personnelles.

Le coffre doit être scéllé solidement à son emplacement. Un coffre ne sert à rien si le voleur l’emporte avec lui pour l’ouvrir tranquilement à la maison.

Outre les biens de valeurs, un coffre est très utile pour les documents importants (titres de propriété, diplômes, actes notariaux, jugements, etc…)

Les alarmes à détection périmétriques / volumétriques sont efficaces et certaines fonctionnent sur piles classiques sans câblage. Ce type d’installation n’est qu’un atout, un complément qui ne règle pas pour autant tous les problèmes. C’est uniquement une méthode d’alerte et l’on ne doit surtout pas faire reposer toute sa stratégie de sécurité sur ce dispositif.

    LE RISQUE INCENDIE

incendie-Posséder au moins un extincteur et savoir quand et comment s’en servir

-Installer un détecteur de monoxyde de carbone / Fumées

-Stocker les liquides inflammables à l’écart des sources de chaleur et si possible en dehors des lieux de vie

-Signaliser clairement la vanne d’arrivée de gaz et la coupure générale du courant électrique.

-Localiser la bouche d’incendie la plus proche de son habitation pour renseigner rapidement les Sapeurs Pompiers.

-Surveiller son conduit de fumée et respecter l’entretien périodique des éléments sensibles (chaudière, flexible de gaz…)

signal

    CONDUITE A TENIR

signal-Ne jamais ouvrir la porte à un inconnu, même si ce dernier prétend faire partie d’un organisme officiel. Toujours demander à voir sa carte professionnelle et dans le doute, téléphoner à l’organisme dont il dépend ou aux forces de l’ordre. Mieux vaut un contrôle d’identité qui froisse l’amour propre d’un employé de l’eau que de se retrouver pris au piège avec un malfrat.

Attention, dans le monde de la délinquance, il y a de très bons acteurs, très imaginatifs, qui peuvent se montrer particulièrement convaincants quand il s’agit de s’introduire dans une maison.

Dans tous les cas: Si on ne connait pas son visiteur, une lumière orange doit s’allumer dans le cerveau pour nous mettre en alerte. Il faut toujours garder la tête froide et ne pas se laisser « emmener » dans le discours du type qui est de l’autre coté de la porte. On est maitre de son domicile et on ouvre seulement si on le désire, pas pour faire plaisir à l’autre ou pour se montrer poli. En matière de sécurité, la politesse est secondaire.

-Ne pas autoriser les jeunes enfants à déverrouiller la porte d’entrée pour ouvrir à quelqu’un. Ils prennent ça pour un jeu et ouvrent à n’importe qui sans se soucier des conséquences. Ca peut conduire au drame. Mieux vaut les habituer à prévenir systématiquement un adulte et interdire formellement l’ouverture de la porte.

-Le téléphone reste le meilleur moyen de défense du domicile car il permet de faire appel à des professionnels. Lorsqu’on est en ligne avec les services de Police/Gendarmerie, il faut délivrer un message clair : Nom, prénom, adresse, n° de téléphone, nature de l’appel. Une fois qu’on a donné les grandes lignes de son problème, il faut renseigner si possible au maximum l’interlocuteur sur la nature de la menace (nombre d’individus – description vestimentaire des intrus – lieu de retranchement de la famille – direction de fuite des auteurs …)

-Désigner une SAFE ROOM dans le logement.

La safe room est une notion qu’on peut prendre à différents niveaux.

La plus simple des safe room est de définir la chambre des parents par exemple et d’en informer sa famille.

« Si quelqu’un essaie d’entrer dans la maison pendant la nuit, on se retrouve tous dans la chambre ».

La safe room doit disposer au minimum :

D’une porte fermant à clef

D’une fenêtre donnant sur l’extérieur

D’un téléphone

D’une lampe de poche

D’une arme à feu

D’une arme blanche (matraque, manche de pioche…)

On peut augmenter la sécurité de la Safe room en ajoutant un système de blocage de porte de type barre transversale, ainsi que d’un judas optique pour observer le couloir d’accès.

En cas d’intrusion, on s’assure d’abord que tout le monde a rejoint la Safe room.

On verrouille la porte et on dresse un obstacle entre soi et la porte.

On appelle les secours et on attend !

Se balader dans la maison en allumant la lumière et en criant « y a quelqu’un ? » est la pire des conneries pour se mettre dans la merde. On doit d’abord penser à la vie des siens et oublier que des types sont en train de dépouiller le living room.

Ce n’est que du matériel, ce n’est pas grave.

Il n’y a aucune honte à se mettre à l’abri. On ne sait pas à qui on a affaire.

On ne passe à l’action que dans le cas où un agresseur tente d’entrer dans la chambre; Parce qu’un malfrat qui entre par effraction, de nuit, dans une maison occupée et qui monte à l’étage et se dirige vers la chambre pour y entrer sachant pertinemment qu’il y a du monde à l’intérieur: il n’est pas là que pour voler.

Dans ce cas, après l’avoir mis en garde, s’il persiste dans sa démarche, il faut faire la « boule de feu » et ne pas lui laisser la moindre chance dès qu’il aura mis un pied dans la chambre parce que ce sera la vie d’une famille en jeu où lui.

Il faut habituer les jeunes enfants à la notion de Safe room par le jeu avec une phrase code qu’on utilise rarement. Par exemple: « Viens ma puce, On va à Brocéliande ».

Il s’agit d’habituer l’enfant lorsqu’il entend cette phrase à se cacher dans la chambre des parents, et à rester silencieux et à une place bien déterminée qu’il ne quittera que si l’un des parents l’y autorise.

Il faut rendre cet entrainement le plus ludique possible mais aussi le plus inattendu pour tester la réactivité de l’enfant et lui permettre d’aborder l’exercice comme un moment agréable et non dramatique.

Quand toute la famille est en mode safe room, c’est une petite armée qui se bat en équipe en fonction des capacités et attributions de chacun. Je ne dis pas que le gamin de 6 ans doit épauler une carabine à air comprimé, mais seulement que chacun a une fonction et une tâche à accomplir.

Un adulte barricade la porte pendant que le second appelle les secours au téléphone pendant que l’ado s’occupe des plus petits et veille à ce que chacun est et reste à sa place.

C’est une stratégie familiale à mettre au point avant de faire face à une difficulté et a tester au moins deux fois par an.

    -Disposer d’un «Meuble Bouclier» ou MB

Le MB est un meuble suffisamment léger pour être déplacé par une seule personne. Il est aussi suffisamment haut (au moins 1m10) et large pour barrer efficacement un couloir de l’habitation. Ce meuble prend place en « zone tampon», c’est-à-dire, l’endroit de votre habitation qui est le plus susceptible de devenir « la ligne de front » entre les chambres ou dorment les membres de la famille et le reste de la maison.

Ainsi, par exemple : en cas d’intrusion la nuit si on n’a pas le temps de réunir tout le monde dans la safe room car les intrus sont déjà dans la place, on barre la zone dangereuse avec le MB. Ce peut être en haut de l’escalier qui mène à l’étage ou dans le couloir menant aux chambres.

Le MB une fois en place, formera une barrière naturelle entre soi et les agresseurs et évitera un contact direct avec eux. Le MB n’est efficace qu’a partir du moment où il est défendu « activement ». Placé judicieusement, le MB est un allié précieux et peut faire parti intégrante du système de défense de la maison si on le customise un peu.

Les possibilités sont infinis : On peut l’équiper d’un système de verrouillage qui le bloque en position défense, garnir le dos du meuble avec une lampe torche, une matraque pour être sûr de tout avoir sous la main le moment venu, renforcer le dos d’une plaque d’acier…etc.

Ne pas y stocker d’arme autre qu’une matraque (danger pour les enfants)

SOLUTION FACE A DIVERS SCÉNARIOS:

    1. Je tombe sur un inconnu dans mon jardin.

La plupart du temps, il dira qu’il est entré pour un motif quelconque et se montrera convaincant. C’est une ruse de sa part mais elle est destinée à endormir votre méfiance et à lui permettre de fuir tranquillement.

Surtout, ne pas lui bloquer le passage à moins d’envisager un combat. Un délinquant lorsqu’il se sent bloqué devient immédiatement agressif car sa seule envie une fois démasqué, est d’être loin le + vite possible. Sa motivation à fuir est bien plus grande que celle du propriétaire des lieux qui envisage de le retenir. Sa motivation au combat sera d’autant plus élevée et d’autant plus dangereuse.

Il ne faut pas jouer au héros et lui ménager une porte de sortie tout en l’invitant fermement à quitter les lieux.

Surtout ne pas le laisser s’approcher de soi. Enregistrer mentalement sa physionomie (origine ethnique, taille, âge apparent, cheveux, yeux, corpulence, tenue vestimentaires)

Aussitôt qu’il a quitté les lieux, s’enfermer chez soi et contacter les forces de l’ordre

    2. Un inconnu sonne à ma porte

Il me sert un beau discours et m’encourage à lui ouvrir.

« Je n’ouvre pas aux inconnus, allez vous en ! »

De dépit, il frappe violement dans la porte. Surtout ne pas ouvrir. La porte est là pour prendre les coups à ma place. Ca ne m’empêchera pas de prévenir immédiatement la Police.

    3. Je tombe sur un inconnu en rentrant chez moi

Alors là: danger

• le malfrat ne va pas perdre son temps à baratiner une explication.

• Il va chercher à s’enfuir le plus vite possible. Si on se trouve sur son itinéraire de repli, il va être violent.

• Il n’est peut être pas seul.

• S’il est entré par effraction, il a forcément sur lui un outil (pied de biche, tournevis..) qui peut devenir une arme par destination.

Il n’y a pas de recette miracle, il faut s’attendre à un combat mais tout faire pour l‘éviter.

Le fait de crier peut entrainer une agression instantanée. Le voleur n’aime pas que l’on alerte le voisinage.

Le fait de lui dire « Partez ou j’appelle la Police » peut entrainer aussi une agression violente car le voleur n’aime pas la Police.

Il faut tenter de fuir le domicile en mettant le plus d’obstacle entre soi et le malfrat (refermer les portes derrière soi, faire tomber des objets derrière soi et chercher à s’emparer au passage d’un objet pour s’en servir comme moyen de défense.

Autant que possible, il faut rejoindre la rue pour appeler les secours et se réfugier chez les voisins / commerces.

Si on est bloqué dans son logement avec le voleur, il faut se réfugier dans sa safe room ou derrière son meuble « bouclier » puis téléphoner aux secours.

Dans tous les cas, il ne faut pas laisser l’individu s’approcher de soi. Il peut très bien user de la violence pour faire les poches de sa victime et lui faire avouer son code de carte bancaire.

A partir du moment où il a été vu, il n’a plus grand-chose à perdre et peut très bien passer de la case « vol par effraction » à celle de violences volontaires et actes de barbarie.

Si on est accompagné d’enfants ou d’une personne vulnérable (personne âgée) lors du retour au domicile et de la mauvaise rencontre, on ne pourra pas fuir avec tout ce petit monde suffisamment rapidement. Il n’y aura pas d’autre alternative que de se dresser entre sa famille et l’agresseur.

Il ne devra a aucun pris s’approcher des enfants. Ces derniers seront invités à quitter les lieux rapidement et à aller chez le voisin tandis qu’on restera face à l’agresseur pour l’empêcher de les poursuivre.

S’il tente d’approcher, il faudra être le plus violent et le plus expéditif possible pour le neutraliser.

S’il fuit par une autre issue, ne pas le poursuivre mais prendre immédiatement la direction prise par les membres de sa famille lors de leur repli pour les retrouver au plus vite.

La encore, il faudra chercher à saisir un objet au passage pour se défendre. Ne surtout pas perdre de temps à aller chercher une arme. Assurer une présence auprès des siens est la priorité.

    4. J’entends un bruit suspect dehors pendant la nuit

Lorsqu’au beau milieu de la nuit, on entend un bruit suspect aux abords de la maison, il ne faut pas allumer la lumière immédiatement. Prendre son temps dans le noir pour s’habiller, mettre des chaussures et ensuite observer les extérieurs en restant dissimulé dans le noir.

Allumer la lumière dans l’habitation n’aide pas à voir qui se trouve à l’extérieur. Ce geste permet juste de ne rien observer du tout et va alerter le rôdeur et l’inciter à se dissimuler.

Il faut bien avoir à l’esprit que l’agresseur ne prendra pas forcément la fuite en voyant la lumière de la chambre s’allumer. Certains sont déterminés et le fait de se savoir découvert peut les rendre plus agressifs et violents car ils n’aiment pas les contretemps fâcheux et encore moins repartir les mains vides.

Il faut donc autant que possible identifier le danger potentiel sans se faire voir car comme dans toute guerre, le renseignement est la clef de la victoire.

Une fois le danger identifié, on peut alors allumer les lampes extérieures et sans attendre : réveiller les siens pour les mettre à l’abri dans la safe room et alerter les forces de l’ordre. La lumière pourra alors être allumée dans la maison pendant cette phase pour agir rapidement.

    5. J’entends un bruit suspect dans la maison pendant la nuit

Attention, il faut considérer que les intrus sont déjà dans la place. Il ne faut pas perdre de temps.

Inutile de s’habiller, priorité à l’essentiel :

Saisir une arme, un téléphone portable et une lampe.

Avant tout, Il faut avant tout s’assurer que les membres de la famille sont au complet puis les sécuriser soit en les regroupant dans la safe room soit en s’interposant entre la zone non sécurisée ou se trouvent les intrus et les chambres de la famille. Si par exemple, on habite un logement à étage et que toute la famille dort à l’étage, on se positionne en haut de l’escalier et on ne bouge pas de là.

Ne pas chercher à faire le « ménage » comme un cow boy.

Rester en place et se servir du téléphone pour contacter les secours.

« Je suis Mr UNTEL J’habite à l’adresse UNTEL. Des intrus sont entrés par effraction chez moi, ils sont encore là. Venez vite. »

Il ne faut pas parler trop fort dans le téléphone pour éviter d’alerter et d’énerver les « visiteurs »

Il est utile si l’on habite un plein pied ou une habitation à étage de disposer d’un meuble « bouclier » à l’endroit ou l’on établit sa « frontière ».

Dans le cas d’un home jacking, les malfrats sont à la recherche des clefs des véhicules pour s’en emparer. Ils cherchent donc dans l’entrée et dans les poches des vêtements. Ils ne sont pas censés monter à l’étage ni explorer les chambres.

Si les intrus s’approchent des chambres, tentent de monter à l’étage, sachant pertinemment qu’il y a des occupants, ils vont être violents sans le moindre doute. Le combat est alors inévitable.

C’est dans ce cas de figure que prend toute l’importance du Meuble Bouclier

UN PEU DE PSYCHOLOGIE

Quand on met en fuite un intrus ou qu’il s’éloigne, on a une fâcheuse tendance à exulter intérieurement et ça peut bêtement se traduire par une flopée d’injure à son attention. C’est une erreur. L’intrus, déjà déçu de repartir les mains vides peut alors faire volte face et revenir pour se battre afin de laver l’affront.

Dans les situations de rencontre avec un ou des intrus, il faut avoir à l’esprit deux mots :

PRUDENCE

On ignore à quel genre d’individus on a affaire. Il faut éviter les provocations même si on sait qu’on a les moyens de retourner la situation à son avantage.

Il faut éviter les contacts physiques au maximum.

Il faut toujours garder une distance de sécurité

Il faut toujours avoir l’œil alerte. L’intrus n’est peut être pas seul

Il ne faut pas poursuivre un intrus pour l’interpeller. C’est le boulot de la Police. Une fois qu’il est mis en fuite, il faut rester sur ses gardes et se cloitrer chez soi avant de donner l’alerte.

Relativiser les faits. Risquer sa vie pour les siens est une bonne chose mais risquer sa vie pour une bagnole n’est pas une bonne chose.

FERMETE

Faire preuve de détermination autant dans les paroles que dans les actes. On a très peur dans les situations critiques mais celui qui est en face tout autant. Il faut se montrer le plus convaincant possible.

Ne pas se laisser entrainer dans un dialogue avec l’agresseur. Se contenter de phrases simples ou plus simplement ne pas répondre. Si l’agresseur cherche à établir le contact avec vous, c’est qu’il cherche à vous sonder pour évaluer votre détermination et votre dangerosité.

S’il perçoit de l’hésitation en vous, il peut tenter de passer à l’acte.

En mode SAFE ROOM, il ne faut pas hésiter à mettre en garde l’agresseur s’il se dirige vers la chambre, quitte à tirer un coup de feu vers une zone neutre pour appuyer ses paroles et le faire réfléchir.

Ne pas se laisser impressionner par les menaces et les insultes de l’agresseur. Il fait ça pour se donner du courage et se motiver car au fond de lui, il craint la confrontation et cherche à gagner du temps.

LES ARMES

fusil_remingtonPar armes, j’entends armes à feu, car à l’heure actuelle, c’est le moyen le plus efficace pour mettre un adversaire hors de combat rapidement tout en restant à distance de sécurité.

En France et dans beaucoup de pays, la législation sur les armes est très réglementée et très restrictive.

Bien ou mal, le débat n’est pas là mais on constate néanmoins que ce sont toujours les honnêtes gens qui se retrouvent les plus démunis alors que les malfrats ne se soucient pas des considérations légales et trouvent toujours le moyen de « s’équiper »

Actuellement, à moins d’être chasseur ou tireur sportif, le choix est dramatiquement restreint. Certains diront qu’ils ont toujours le bon vieux fusil cal 12 du grand père qui traine dans un coin, c’est juste mais ça n’est pas LEGAL. Si on veut se défendre efficacement, il faut d’abord veiller à employer un « outil » qu’on est en droit de posséder.

LE CADRE LEGALATTENTION CETTE SECTION EST EXTREMEMENT IMPORTANTE

N’envisagez pas le concept de défense sans assimiler parfaitement le cadre légal qui suit.

Si vous ne respectez pas le cadre de la Loi, c’est le procès en Assises

On ne peut faire usage d’une arme que dans le cadre réglementé de la Loi.

La légitime défense (articles 122-4, 122-5, 122-7 du code Pénal) :

Article 122-4

N’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires.

N’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte commandé par l’autorité légitime, sauf si cet acte est manifestement illégal.

Article 122-5

N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction.

Article 122-6

Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l’acte :

1° Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ;

2° Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

Article 122-7

N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.

Autrement dit, il faut distinguer la légitime défense des personnes et celle des biens.

Pour les personnes :

L’agression doit être :

• dirigée contre soi-même ou autrui ;

• actuelle : le danger est imminent ;

• injuste : l’agression est non fondée – riposter aux forces de polices pendant une manifestation par exemple ne peut être considéré comme de la légitime défense.

Parallèlement, la défense doit être :

• nécessaire : il n’y a aucun autre moyen de se soustraire au danger ; (pas de moyen de fuir)

• simultanée : la réaction doit être immédiate, ce qui exclut la vengeance après coup ; on ne peut justifier de la légitime défense si l’agresseur prend la fuite et qu’on lui met une balle dans le dos

• proportionnée aux dégâts pouvant être occasionnés: il ne doit pas y avoir d’excès de légitime défense ; l’action s’arrête une fois le danger neutralisé ou la personne en fuite.

Pour les biens:

L’agression doit être :

• dirigée contre un bien ;

• actuelle : le danger est imminent ;

• injuste : l’agression est non fondée.

Parallèlement, la défense doit être :

• nécessaire : il n’y a aucun autre moyen de se soustraire au danger ; (pas de moyen de fuir, absence des forces de l’ordre)

• simultanée : la réaction doit être immédiate, ce qui exclut la vengeance après coup ;

• proportionnée aux dégâts pouvant être occasionnés: il ne doit pas y avoir d’excès de légitime défense ; l’action s’arrête une fois le danger neutralisé ou la personne en fuite

• Autre qu’un homicide volontaire. On ne tue pas pour préserver un bien.

SAUF :

Pour repousser, de nuit, l’entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ; (lieu habité exclu garage, dépendances et autres. On parle ici de lieu habité)

OU

Pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence.

Dans tous les cas, à partir du moment ou l’agresseur montre son intention de prendre la fuite (tourne le dos, s’enfuit, se rend), il n’y a plus légitime défense.

La défense personnelle avec une arme à feu est très mal perçue de la Justice.

Les armes à feu ne doivent pas être LA solution à tous les problèmes.

Il faut s’en tenir à une règle d’engagement stricte qui est:

Envisager l’utilisation d’une arme à feu UNIQUEMENT en cas d’intrusion de nuit dans la SAFE ROOM.

L’arme à feu est l’ultime recours pour protéger sa vie.

    LES MOYENS

Parmi le choix qui est offert au particulier dans l’arsenal autorisé des armes à feu, je retiens deux options intéressantes :

    Le Revolver à poudre noire

revolver

C’est un excellent choix. Il a tué plus d’indiens et de despérados pendant la conquête de l’Ouest que n’importe quel Colt Peacemaker à cartouches métalliques pourtant omniprésent dans les westerns.

C’est une très bonne arme pour assurer la défense à l’intérieur d’une habitation

  • Avantages :

Puissant

Précis (25m)

Bonne puissance de feu avec 6 coups dans le barillet

  • Inconvénients :

Son maniement nécessite un apprentissage poussé

Long à recharger

    Le pistolet non létal Gomm Cogne ou assimilé

pistolet

Pas vraiment une arme à feu à proprement parler, puisqu’il ne tue pas mais d’une bonne efficacité à courte distance. Sa balle caoutchouc frappe l’agresseur et le « sonne »

  • Avantages

Il ne tue pas

Facile à utiliser

  • Inconvénients

Il ne tue pas

Puissance de feu limitée (en général 1 ou 2 coups)

Rechargement complexe en situation, la plupart du temps il faut faire mouche au premier coup car on n’a pas le temps de recharger

Attention1 – Traitez toute arme comme potentiellement chargée;

2 – Déchargez toute arme qui n’est pas en usage immédiat;

3 – Soyez sûr que le canon n’est pas obstrué et que les mécanismes de l’arme sont en bon état;

4 – Identifiez à coup sûr votre cible avant de presser la détente ;

5 – Ne pointez jamais une arme à feu en direction de quelque chose sur quoi nous n’avez pas l’intention de tirer. Ne mettre le doigt sur la détente uniquement lorsqu’on s’apprête à faire feu.

6 – Ne jamais tirer vers soi une arme par le canon ;

7 – Ne tirez jamais à balles sur une surface dure et plane, rocher ou autre, ni de biais sur une étendue d’eau. Assurez-vous de toujours disposer derrière la cible d’un arrêt suffisant pour vos projectiles.

8 – Entreposez armes et munitions séparément et hors d’atteinte des enfants ;

9 – Évitez l’usage de boissons alcoolisées avant ou pendant les séances de tir.

    LE REVOLVER A POUDRE NOIRE ou RPN

Il s’agit d’une réplique exacte d’une arme historique. Plusieurs fabricants se partagent le marché des poudres noires : PIETTA, PEDERSOLI, UBERTI….

Les modèles que je recommande sont le

PIETTA Colt Navy 1851 en calibre 44

UBERTI Remington new army 1858 Inox en 44 également.

Ces modèles sont courants, financièrement accessibles et fiables.

Attention, lors de l’achat, il faut veiller au bon fonctionnement du mécanisme et en particulier au parfait alignement des chambres du barillet avec le canon lorsqu’on arme le chien, même violement. Il arrive que sur certain modèle, le barillet a tendance à trop pivoter et à ne pas s’aligner correctement dans l’axe du canon.

Je préfère le calibre 44 plutôt que le 36 car il offre une meilleure puissance d’arrêt du fait de la taille plus importante du projectile.

    ATTENTION, il s’agit d’une arme et il faut faire preuve de PRUDENCE.

Respecter les règles de sécurité.

J’encourage fortement les personnes intéressées par le tir à la poudre noire à fréquenter quelques temps un stand de tir agréé. Ils ont quasiment tous une section Poudre Noire. Ne pas hésiter à demander conseil à un tireur expérimenté. Il y a toujours à apprendre.

De même, de nombreux sites web de passionnés sont des mines d’informations

Un revolver à poudre noire est long à recharger.

1. on s’assure que l’arme n’est pas chargée et qu’elle est parfaitement propre

2. on insère une charge de poudre dans une chambre du barillet

3. on insère une bourre de feutre par-dessus la charge

4. on place une balle à l’entrée du barillet

5. on enfonce la balle en force avec le levier et on s’assure qu’elle est correctement enfoncée dans la charge de poudre (pratiquer un repaire sur la tige du levier qui pousse la balle)

6. on enduit la chambre chargée d’un peu de graisse (pour éviter lors du tir une combustion de l’ensemble des chambres qui entrainerait l’explosion de l’arme et… de la main)

7. on réitère la phase de chargement pour chacune des chambres

8. on place une capsule de fulminate sur les 6 cheminées

9. on arme le chien

10. le revolver est alors prêt à faire feu.

Ca peut paraitre fastidieux et complexe mais il faut savoir que nos ancêtres ont fait la guerre comme ça et que ce matériel a fait ses preuves.

D’autre part : le tir avec ce type d’arme est un régal et la préparation: un véritable rituel.

    INCIDENTS DE TIR

Le PN a une fiabilité limitée par rapport à une arme moderne.

Il arrive fréquemment après un tir que la capsule de fulminate percutée par le chien lors du premier tir, vienne gêner la rotation du barillet lors du réarmement. Il faut alors presser fortement sur le chien de la main faible pour réarmer et finir de broyer la capsule gênante qui s’évacuera d’elle-même.

L’ennemi n°1 du PN est l’humidité. Si la poudre a pris l’humidité, elle risque de faire long feu et de provoquer un temps entre la percussion de la capsule de fulminate et la mise à feu de la charge de poudre. Si la capsule est percutée sans départ de coup, ne pas réarmer immédiatement mais garder l’arme dirigée vers la cible.

    LE PISTOLET GOMM COGNE

On en trouve différents modèles (SAPL GC27 / 54, Verney Carron Flashball) et fonctionnent tous sur le même principe : le tir d’une munition caoutchouc qui neutralise l’agresseur par sa puissance d’impact.

flashballVerney Carron Flashball

Le gros atout de ces systèmes est leur simplicité d’utilisation et de mise en œuvre. C’est fiable, rapide et à la portée de n’importe qui sans entrainement poussé.

sapl_gc54SAPL GC54

On ouvre l’arme, on introduit une cartouche, on ferme, on arme le marteau et on est prêt.

Le reproche qu’on peut leur faire est leur faible capacité en munition (deux coups au mieux). Ce n’est pas énorme pour assurer un coup au but en situation de stress, d’autant que le rechargement n’est pas rapide.

Ce type d’arme est à conseiller à celui ou celle qui trés peu d’expérience en matière d’arme à feu mais aussi à ceux qui veulent un « back up » non létal en plus de leur revolver à PN par exemple.

    AUTRES ARMES DE DEFENSE INTERESSANTES
    LES SPRAYS LACRYMOGENE ET OC

Les sprays traditionnels en gel ou en gaz ont une efficacité limitée et entrainent rarement une mise hors de combat totale d’un agresseur. D’autre part, ils sont délicats à employer dans un espace confiné et bien souvent le gazeur est gazé également.

Malgré tout, certains sprays se démarquent par leur efficacité et leur principe de fonctionnement. La Société Kimber a développé une gamme de sprays OC Jet Protector « guardian angel » fonctionnant sur le principe du gel propulsé à haute vitesse. Le résultat est efficace et mérite d’être signalé. Je recommande ce modèle

guardian_angel

    LE BATON

Que ce soit un simple manche de pioche ou une matraque télescopique, cette arme archaïque est tout simplement indispensable. Même si elle oblige à être proche de son agresseur, elle reste préférable à un combat à mains nues. Il faut prendre garde à ne pas choisir l’outil trop long, à partir du moment où on le destine à une utilisation en intérieur. Il faut pouvoir le brandir efficacement pour frapper sans risquer de taper le plafond ou les parois.

matraque_telescopique

    LA LANCE

Ca peut prêter à sourire mais au moyen âge, c’était une arme universelle que l’on distribuait aux paysans pour assurer la défense du château. Pourquoi ?, simplement parce que cette arme même entre des mains peu expertes était capable de mettre un combattant aguerri hors de combat.

lance_cold_steel

La lance permet de tenir l’agresseur à bonne distance et permet des coups d’estoc extrêmement rapides et difficiles à parer pour un ennemi. La société US ColdSteel commercialise plusieurs armes de ce type de très bonne qualité.

Elle n’est pas destinée à effectuer une progression « tactique » dans le domicile mais à assurer la défense de la Safe room en position fixe. Cette arme est souvent mésestimée mais mérite d’être retenue plutôt qu’une hache ou autres sabres. Haches, machettes et sabres ont un effet psychologique qui impressionne mais sont trop difficiles à manipuler en situation.

    ACCESSOIRES UTILES
    LA LAMPE TACTIQUE

lampe_eagletacIndispensable pour y voir clair dans l’obscurité et être en mesure d’identifier ou d’éblouir un agresseur. Mieux vaut choisir un modèle à LED fonctionnant sur piles standards AA, d’une bonne luminosité et d’une bonne autonomie. Les marques ne manquent pas mais je retiens particulièrement Fenix, EagleTac et Nitecore

La lampe doit obligatoirement être munie d’un Switch on / off à l’arrière et doit rester la plus simple possible (pas de fonctions inutiles de type strobe, filtre de couleur, etc).

Elle doit être capable de délivrer 150 lumens minimum.

    LE MEUBLE BOUCLIER

meuble_bouclier

Les semainiers sont particulièrement adaptés. Peu profond pour prendre place dans un couloir, suffisamment large (environ 95cm) pour bloquer efficacement un passage et suffisamment haut (environ 1m20). Les commodes peu profondes et hautes d’environ 1m sont plus adaptées au sommet d’un escalier.

Il faut éviter les meubles sur pied et préférer un meuble avec une bonne surface en contact avec le sol. Il ne doit pas permettre à l’intrus de glisser la main dessous lorsque le meuble lui fait face.

Il faut sélectionner un meuble en bois massif, plus facile à « customiser »

Le dos du meuble doit être découpé afin d’y ménager un espace caché pour y insérer un kit de défense basique.

On peut renforcer le dos du meuble avec une plaque de métal galva d’1mm d’épaisseur afin de protéger le bas de son corps une fois le meuble déployé en barrage.

On doit boulonner dans cette plaque un anneau métallique en partie basse sur lequel on accroche un mousqueton relié lui-même au mur par une longueur de corde. En solidarisant ainsi le meuble au mur, l’adversaire ne pourra pas tirer le meuble à lui pour le faire basculer pour libérer le passage. Au pire le meuble basculera mais bloquera toujours l’accès. De la même façon, il ne pourra être repoussé contre soi au delà de la longueur de la corde.

Le meuble ne devra jamais être rempli au point de rendre difficile son déploiement.

Le kit qui prendra place dans la cache ménagée au dos du meuble se compose de :

• une matraque ou un tonfa pour frapper et repousser l’adversaire

• une lampe tactique pour éclairer la zone dangereuse et éblouir les adversaires

• un bouclier pour protéger le haut de son corps et permettre de se « caler » contre le meuble pour empêcher ce dernier d’être repoussé.

Le bouclier doit être conçu pour permettre de garder une bonne dextérité de la main qui le tient de façon à être en mesure d’utiliser efficacement la lampe. Il faut éviter qu’il soit fixé au bras pour ne pas être entrainé avec lui s’il est empoigné par l’adversaire.

tonfa lampe_eagle bouclier

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :