Archives de la catégorie Tout

La crise financière vue par les Guignols

, , ,

Poster un commentaire

Kadhafi aurait financé Sarkozy pour sa campagne de 2007

Dans un article complet, mais payant, Médiapart apporte des éléments troublants à partir de copies de documents qui tendraient à prouver que Kadhafi aurait financé pour 50 millions d’euros la campagne de 2007 de Sarkozy avec l’implication de Guéant, Hortefeux et Takieddine. Trois anciens ou actuels ministres de l’Intérieur ! Voici quelques éléments, les documents étant sur Médiapart.

RAma yade kadhafi

Voici le texte de la page en libre accès suivi de l’introduction de la page payante de Médiapart : Selon un document consulté par Mediapart, le marchand d’armes Ziad Takieddine, organisateur en 2005 et 2007 des visites de Nicolas Sarkozy et de ses proches en Libye, aurait mis en place les « modalités de financement » de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime de Kadhafi, en lien avec Brice Hortefeux, alors ministre des collectivités locales, et Saïf al-Islam. Un montant de 50 millions d’euros, une banque suisse et un compte à Panama sont évoqués dans ce document.

Le 18 octobre 2011, les policiers ont versé au dossier d’instruction une note de synthèse sur laquelle figure une référence à un document baptisé « GEN/ NS V. MEMO DG », qui contient sans les expliciter les initiales du président de la République. Cette note de synthèse a été rédigée et remise aux enquêteurs par un témoin du dossier, Jean-Charles Brisard, ancien membre de l’équipe de campagne d’Edouard Balladur, en 1995, aujourd’hui dirigeant d’une société de renseignements privée. Le document contient aussi les références du compte suisse de la sœur de Jean-François Copé, le patron de l’UMP, dont M. Brisard est un proche.

Dans le corps de l’article apparaissent divers personnages : monsieur Brisard, témoin clé qui a fait la note de synthèse, le neuro-chirurgien, Didier Grosskof qui a opéré à la demande de Copé, alors ministre (le tout payé par la République bonne fille) le sieur Takieddine ayant subi un traumatisme crânien en avril 2004 lors d’un possible accident de voiture qui pourrait être une tentative de meurtre, et qui ensuite s’est occupé de ce malade et de son suivi médical en France, Copé, l’ami commun, Guéant et Hortefeux tous deux émissaires en Libye et Sarkozy qui s’est rendu plusieurs fois chez Kadhafi.

Dans la note de synthèse remise à la police n’apparaît pas le témoignage du chirurgien qui a donné une version complète à ce Brisard, ce médecin considérant Takieddine comme un des plus grands corrupteurs qui soit. Le chirurgien : « C’est une affaire qui dépasse l’imagination la plus féconde, poursuit le Dr Grosskopf. Je suis désolé comme citoyen par cette affaire. Mais je ne pouvais pas imaginer, en organisant le rapatriement sanitaire de ce monsieur, qu’il s’agissait du plus grand corrupteur de la République. » Le docteur dit en vouloir « au pouvoir » qui l’a entraîné là, mais pas à Jean-François Copé « qui reste un ami ».

Souvenons-nous qu’en mars 2011 Takieddine a été arrêté par la douane française en possession d’1,5 million d’euros en provenance de Libye, et en liquide. Rappelons-nous aussi que le fils de Kadhafi avait nommément accusé Sarkozy d’avoir été financé par la Libye sans que cela ne déclenche d’enquête en France alors que le parquet aurait dû se saisir de l’information et agir. Le soupçon d’une participation libyenne au financement de Nicolas Sarkozy avait été alimenté par les autorités de Tripoli elles-mêmes il y a un an par les déclarations spectaculaires de Kadhafi et de son fils, Saïf al-Islam. Dès le mois de mars 2011, deux jours avant l’intervention militaire occidentale, ce dernier avait accusé le pouvoir français dans un entretien donné à la chaîne Euronews : « Il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. »

« La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen, avait-il ajouté. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. »

Dans cette note de synthèse il est indiqué que ce serait lors de la visite de Sarkozy et Hortefeux que le système de financement aurait été mis en place, le 6 octobre 2005. L’argent aurait transité par une société panaméenne et une banque suisse. Le document est on ne plus clair :

 MEMO DG
SUISSE
 20.12.2006

 CAMP07
 MODALITES FIN CAMPAGNE NS REGLEES LORS DE LA VISITE LIBYE NS + BH 06.10.2005
 PLUSIEURS ENTRETIENS PREALABLES ENTRE ZT ET SAIF AL ISLAM
 ZT CHARGE DU MONTAGE
 ZT INTERV CONTRATS COMM SEC ARMEES ET CARTES ID A PUCES

 FIN LIB 50 ME
 MONTAGE INCLUT SOC BH PAN + BANQUE SUISSE (ND)
 FIN CAMPAGNE TOTALEMENT REGLE

Campagne totalement réglée ! Quoi de mieux ?

Il faut tirer de cet article plusieurs conclusions :

– que la presse devrait faire son travail et introduire ces informations dans la campagne électorale jusqu’à obtenir des réponses

– si cette information est avérée cela implique que Sarkozy a financé illégalement sa campagne électorale de 2007 qu’il est donc illégitime à la tête de la République française, qu’il ne peut décemment pas se représenter

– que ce financement, s’il est avéré, a poussé Sarkozy à inviter Kadhafi à la grande honte de la France, il nous y aura impliqués à notre corps défendant

– que, si ceci est vrai, on peut se poser la question de la mort de Kadhafi d’abord bombardé par l’armée française et nos devons savoir si l’ordre d’éliminer Kadhafi, s’il y a eu ordre, venait de l’Elysée, qui imposerait la Haute Cour de Justice pour juger Sarkozy d’avoir usé des forces militaires françaises pour vouloir faire assassiner un chef d’Etat afin de protéger le secret du financement occulte et illégale de sa campagne de 2007.

Il nous reste moins de six semaines pour nous débarrasser de ce pouvoir. Souvenons-nous à chaque instant de cette campagne qu’Eric Woerth a été mis deux fois en examen dont une pour recel de financement illégal de parti ce qui est une forte suspicion de l’illégalité de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et donc l’illégalité de son élection. Trouvez aussi ici la vraie timeline de Sarkozy (journal Facebook) Faisons notre Révolution en 2012, et avant si possible. Et votez en conscience après avoir lu ce livre des méfaits du clan Sarkozy Le Sarkozyland et ses méfaits(epub) ou Le Sarkozyland et ses méfaits(issuu)   Lire la suite »

Poster un commentaire

Maisons de retraite : irrespect des personnes et infantilisation méprisante

Vous avez dix minutes? Alors, prenez-les pour écouter cette lycéenne. Elle vient de remporter le concours de plaidoirie organisé par le Mémorial de Caen. Elle a choisi pour thème le bout du bout de la vie, celui que nous redoutons tous, et elle l’a transcendé.

Le problème ne vient pas seulement du nombre d’aide-soignants dans les maisons de retraites, mais des maisons de retraites elles-mêmes. C’est tout le système qu’il faudrait changer, en incorporant les vieux à la société, comme dans la civilisation amérindienne, et en abandonnant cette culture de la productivité et de l’argent.

C’est toute la société qui a dérivé. Là encore de la folie à la sagesse il y a loin de la coupe aux lèvres… Mais comment garder chez soi un vieillard surtout en ville,  lorsque les prix de l’immobilier ont atteint de tels sommets que les m2 sont comptés ?
Comment garder chez soi un parent à peine valide lorsqu’on arrive tout juste  à gérer les enfants et que l’on court sans arrêt entre le boulot et les obligations de la vie ?

Il faudrait faire des sacrifices par amour de ces vieux qui eux mêmes se sont sacrifiés pour nous lancer dans la vie… Ce n’est pas l’optique de la société actuelle, nous le savons bien. Quand aux mouroirs incriminés, il faut être allé dans ces lieux pour en mesurer la tristesse, l’irrespect des personnes par le biais d’une infantilisation méprisante, et l’acharnement à vouloir maintenir en vie des personnes que l’on prive à 90 ans, même du plaisir de manger,  sous prétexte qu’ils ont un « régime »… Les laisser mourir, à un certain stade, serait une charité. On fait piquer nos animaux chéris arrivés au bout par compassion, mais on torture nos vieillards à coup de traitement, d’opérations non justifiées, de frustrations de tout genre pour alimenter le Léviathan économique…

, , ,

Poster un commentaire

La guerre de l’eau

Du lac Nasser, en Égypte, à la mer d’Aral, en Asie centrale, en passant par le Brésil, l’Argentine, la Chine, l’Amérique du Nord et l’Islande, le premier volet de cette série documentaire passe en revue quelques grands projets hydrologiques, destinés à maîtriser l’eau et son approvisionnement.

Au travers de cet étonnant tour du monde aquatique, Anders Taylor Larsen souligne la valeur géopolitique de cette indispensable ressource naturelle, qui non seulement dessine et délimite les territoires, mais conditionne aussi la vie des hommes et des écosystèmes sur tous les continents.

, , , ,

Poster un commentaire

La gouvernance mondiale, c’est quoi?

Un conseil de gouvernement supranational qui exerce un contrôle sur l’économie, via la toute-puissance des marchés. http://www.youtube.com/watch?v=9GRQxzYx0aA

, , ,

Poster un commentaire

La Françafrique, fille de la Franc-maçonnerie

Lire la suite »

, , , , ,

Poster un commentaire

La classe politique française soumise à Israël : Un État dans l’État

Sarkozy au CRIF : « Israël, c’est un miracle »

Lors du dîner du Crif, le 8 février, Nicolas Sarkozy a crié son amour d’Israël : « Israël, c’est un miracle« , a-t-il répété à plusieurs reprises. Il a tenu à rassurer les Israéliens en promettant : « Jamais la France ne reconnaîtra unilatéralement et sans conditions l’Etat palestinien« . Le président de la République française (je le précise) a assuré Israël de son soutien lors d’un éventuel conflit armé avec l’Iran de Mahmoud Ahmadinejad. « Toute mon histoire, ça a été d’être proche d’Israël« , a-t-il insisté.

Nicolas Sarkozy a aussi révisé l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale : selon lui, la France et l’Allemagne ont eu « l’idée folle de la Shoah« … Vous avez bien entendu : la France, avec l’Allemagne, a eu l’idée d’exterminer les juifs d’Europe ! C’est un scoop ! Souvenez-vous : en 2007, celui qui n’était pas encore chef de l’Etat avait tenu un discours très différent : « La France n’a jamais exterminé un peuple, la France n’a pas inventé la Solution finale, la France n’a pas commis de crime contre l’humanité, la France n’a pas commis de génocide…« 

Diantre ! Mais que s’est-il passé en cinq ans pour que la France soit désormais co-responsable, à égalité avec l’Allemagne nazie, de la Shoah ? Peut-être est-ce une question de public : en 2007, Sarkozy s’adressait à un parterre de militants qu’il fallait galvaniser. Il fallait montrer les muscles. Il fallait être fier. Pas de repentance ! Mais en 2012, il parle devant le Crif, sorte d’ambassade israélienne en France, et là Sarko se repent et abaisse la France.

Voici le discours de Nicolas Sarkozy dans son intégralité. Le passage sur la France et l’Allemagne co-responsables de la Shoah se situe à la 7e minute :

Tout le gouvernement, et même toute la classe politique française s’était donnée rendez-vous au dîner du Crif, ce raout incontournable pour qui veut sérieusement briguer le pouvoir en France, à l’exception de François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, et bien sûr les extrêmes (FN, Front de gauche et Verts), boycottés par le Crif pour leur hostilité à l’égard d’Israël. Le journaliste de Public Sénat, qui a une curieuse conception de la République, répète à plusieurs reprises que le dîner du Crif est un « dîner républicain« … alors qu’il s’agit, faut-il le rappeler, d’un dîner communautariste.

Allez, pour le plaisir, réécoutons ces belles archives qui nous montrent un lieutenant de François Hollande (l’homme qui a promis au Crif une grande « sévérité à l’égard des actes antisémites et antisionistes« ) et plusieurs proches de Nicolas Sarkozy dire leur attachement indéfectible et même éternel à Israël… en espérant qu’ils aient au moins le même pour leur pays :

Manuel Valls : « Je suis lié de manière éternelle à Israël » http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=NIfwf19L4lg

Claude Goasguen : « Nous serons les alliés indéfectibles d’Israël, nous défendrons Israël jusqu’au bout, c’est notre destinée, à nous de la république de France« 

Eric Raoult : « Pour moi, Israël, c’est plus important que les retraites »

Enfin, Claude Guéant, à Marseille (France), entre deux drapeaux israéliens :

, , , , , ,

Poster un commentaire

La régression intellectuelle de la France

France régression intellectuelleLa France des années 2010 ressemble de moins en moins à la France des Lumières et des libres penseurs occidentaux du 19ème siècle, qu’ils soient allemands, anglais ou français. Tel est le sévère constat tracé par Philippe Nemo qui dans un court essai, entre analyse et pamphlet, nous confie qu’il ne reconnaît plus le grand pays intellectuel que fut la France il y a quelques décennies (La régression intellectuelle de la France, Texquis, 2011). En spécialiste de la pensée libérale et de la philosophie politique, Nemo fonde ses conclusions sur une analyse très fine des lois votées par le Parlement qui, sous prétexte de protéger la mémoire et les communautés, interdisent, pour ne pas dire censurent, des propos qui pourtant, bien que pouvant choquer, ont toute leur place dans le débat public. La loi Gayssot est visée, servant d’illustration édifiante à une ambiance d’époque assez bien croquée par l’auteur qui voit l’émergence d’une censure généralisée de l’exposé de certains sujets qu’il ne faut pas aborder et qui font prendre à celui qui s’y engage le risque d’être sévèrement condamnée par la juridiction. Naïfs que nous sommes en tant qu’honnêtes citoyens, nous trouvons en général que ces lois interdisant des tas de propos « méchants » participent d’une bonne intention et d’une paix républicaine. Or, ces lois représentent une régression des libertés et c’est l’intérêt de cette étude sur les « lois censurielles » que de nous alerter sur un « esprit contemporain » qui tend de plus en plus à façonner le paysage intellectuel tout en contraignant quelques thèmes sensibles à être exclus du débat public.

La loi du 29 juillet 1881 régit la liberté d’expression dans la presse depuis plus d’un siècle. Elle est considérée comme fondatrice, héritière des combats pour la liberté menés pendant des décennies, tout en étant interprétée comme une émanation de la déclaration de 1789, date symbolique qui comme le souligne Nemo dans d’autres publications, se démarque de 1793, symbole de la terreur et de la dictature jacobine. Cette loi de 1881 établit le pluralisme des opinions publiques, interdisant uniquement les propos susceptibles de nuire à la dignité des personnes ou à l’ordre public. Sont proscrites, la diffamation, l’injure et l’incitation à l’émeute. D’après Nemo, un premier coup de canif à cette loi fut apporté en 1972, sous le gouvernement Chaban, par la loi Pleven interdisant, au nom de la lutte contre le racisme, l’incitation à la haine. L’auteur insiste sur quelques détails et Dieu sait si le diable est logé dans les détails. Notamment le fait que la haine ne soit pas un acte mais un sentiment, lié à l’intériorité. De plus, on se demande comment établir avec certitude un supposé effet incitatif. Selon Nemo, cette loi ferait régresser le droit pénal en deçà d’Abélard, un droit qui punit des propos avant même qu’ils ne causent des torts et sans qu’on puisse établir avec certitude qu’ils puissent en causer (pour rappel, le droit français impose à l’accusation d’établir avec certitude la preuve du délit) Lire la suite »

, , , , ,

Poster un commentaire

Pourquoi l’activité biologique des sols chute, et nous menace?

Ce sujet vous intéresse, cliquez ici

, , , , ,

Poster un commentaire

Les médias évoque la crise sans parler du désastre humanitaire en Grèce

Grece Grecs, FMI, Crise, EuropeTémoignage de David Kyriakidis :

Ceci, c’est ce que les médias européens et grecs ne vous montrent pas!

Un désastre humanitaire en Grèce. Après la faillite d’un état suite aux spéculations du capitalisme, ce sont désormais les enfants qui trinquent.

Suite aux  prêts des banques à un taux jugé trop élevé par certains eurodéputés à savoir de 13 à 16%, les grecs se sont manifestés pour exprimer le fait que ces même banques avaient été sauvées quelques mois plutôt par les fonds d’état (fonds de la population).

Mais aujourd’hui, je ne vais pas rentrer dans les détails, là n’est pas la question. Ce qui me répugne surtout, c’est qu’on demande à un peuple de serrer la ceinture et de payer les dettes.

Je suis d’accord sur le fait de payer les dettes, car si l’état grec était sorti de la zone Euro, toute sa dette aurait été effacée et donc plus de dettes, mais un danger pour la zone euro qui est la principale arme des deux grandes puissances européennes que sont la France et l’Allemagne.

La Grèce prise en otage.

C’est ensuite à des taux dits plus raisonnables que les banques européennes ont prêté à l’Etat grec, après que les euros députés aient demandé aux mêmes banques d’arrêter de s’engraisser sur les taux infernaux que même les pays les plus riches ne pourraient  rembourser.

Aujourd’hui c’est tout un peuple qui a été pris en otage, des centaines de pères de famille s’immolent devant les banques car celle-ci n’acceptent pas une prolongation des délais de remboursement, d’autre se trouvent avec leur famille à la rue, car ils n’ont plus de quoi payer leur loyer.

Après toutes ses tragédies, de nouvelles victimes oh combien plus importantes!

Voici une réalité qui me répugne, une réalité sans comédie, une réalité sans spéculations, ni spéculateurs, une honte Européenne une crise qui va bientôt, je dis très bientôt couvrir une partie de l’Europe. Lire la suite »

, , , , ,

4 Commentaires

Élections : le scandale des 500 signatures

Le système des 500 signatures est un outil anti-démocratique empêchant toute personne, hors des circuits politiques bourgeois, de se présenter aux Élections Présidentielles. Le Système rêve de détruire tous les petits partis politiques de France pour qu’il n’en reste plus que 2 que l’on nommera alors Républicain et Démocrate ! En fait, il ne restera qu’un seul parti : la dictature. Le parrainage des Maires pleutres est une escroquerie pure et simple qui élimine non pas les candidatures farfelues mais justement les plus sérieuses ! Les Maires auront leur part de responsabilité dans l’illégitimité des candidats du Système qui ne représentent déjà plus personne dans le pays !!! Il est temps que cela cesse : SIGNEZ LA PÉTITION : http://www.500signatures.fr

, , , , ,

Poster un commentaire

Démagogie est le mot qu’emploient les démocrates quand la démocratie leur fait peur.

-Exiger de l’intelligence qu’elle s’abstienne de juger mutile sa faculté de comprendre. C’est dans le jugement de valeur que culmine la compréhension.

-Toute droite d’aujourd’hui n’est autre chose qu’une gauche d’hier désireuse de digérer en paix.

-Le monde moderne est arrivé à institutionnaliser avec une telle astuce le « changement », la « révolution », l’ « anticonformisme », que toute entreprise de libération est une routine inscrite dans le règlement de la prison.

-La libération totale est le processus qui construit la prison parfaite.

-Je n’appartiens pas à un monde qui disparaît. Je prolonge et je transmets une vérité qui ne meurt jamais.

-Le bourgeois d’hier se pardonnait tout si sa conduite sexuelle était stricte. Celui d’aujourd’hui se pardonne tout si elle est relâchée.

-On appelle communiste celui qui lutte pour que l’État lui assure une existence bourgeoise.

-Le monde moderne ne sera pas châtié. Il est le châtiment.

-La société libre n’est pas celle qui a le droit d’élire ceux qui la gouvernent, mais celle qui élit ceux qui ont le droit de la gouverner.

-La vie est une fabrique de hiérarchies. La mort seule est démocratique.

-« Dignité de l’homme », « grandeur de l’homme », « droits de l’homme », etc. ; hémorragie verbale que la simple vue de notre visage, le matin dans le miroir, quand nous nous rasons, devrait tarir aussitôt.

-Ayant promulgué le dogme de l’innocence originelle, la démocratie conclut que le coupable du crime n’est pas l’assassin qui convoite, mais la victime qui a excité sa convoitise.

-La vénération de l’humanité est répugnante, comme tout culte de soi-même.

-Les sociétés agonisantes luttent contre l’histoire en émettant des lois, comme les naufragés contre les eaux en poussant des cris. Brefs remous.

-Aujourd’hui le riche vit sa richesse avec une avidité de pauvre enrichi et le pauvre sa pauvreté avec une rancœur de riche dépossédé. La richesse a perdu ses vertus propres et la pauvreté les siennes.

-L’authentique révolutionnaire se soulève pour abolir la société qu’il déteste, le révolutionnaire actuel se rebelle pour hériter d’une société qu’il envie.

-Démagogie est le mot qu’emploient les démocrates quand la démocratie leur fait peur. Nicolas Gomez Davila

, , , ,

Poster un commentaire

Guéant a confondu “Civilisation” et régime politique

Avec ce qu’il faut désormais appeler l’ « affaire Guéant », nous nageons en plein confusionnisme. D’abord parce que Monsieur Guéant a confondu « Civilisation » et régime politique, ce qui, convenons-en, n’est pas tout à fait la même chose…

Ensuite, parce que la gauche dénonce des propos inscrits dans l’exacte ligne de ceux jadis tenus par Victor Hugo, Jules Ferry, Léon Blum ou encore Albert Bayet (*). Pour ces derniers, il existait en effet une hiérarchie entre, d’une part les « peuples civilisés », c’est-à-dire ceux qui se rattachaient aux Lumières et à l’ « esprit de 1789 », et d’autre part ceux qui vivaient encore dans les ténèbres de l’obscurantisme. Jules Ferry déclara ainsi devant les députés le 28 juillet 1885 :

« Il faut dire ouvertement qu’en effet, les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures ; mais parce qu’il y a aussi un devoir. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ».

Quant à Léon Blum, le 9 juillet 1925, toujours devant les députés, il ne craignit pas de prononcer une phrase qui, aujourd’hui, le conduirait immédiatement devant les tribunaux :

« Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l’industrie ».

Reconnaissons que Monsieur Guéant est bien loin d’avoir tenu de tels propos clairement racistes. La gauche ferait donc bien de balayer devant sa porte et si les représentants de la « droite » avaient eu un minimum de culture, ils auraient pu, en utilisant ces citations et bien d’autres encore, renvoyer le député Letchimy au passé de son propre parti.

Le problème est que Monsieur Guéant est un universaliste pour lequel l’étalon maître de la « Civilisation » est, selon ses propres termes, le respect des « valeurs humanistes qui sont les nôtres ».

A ce compte là, effectivement le plus qu’un milliard de Chinois, le milliard d’Indiens, les centaines de millions de Japonais, d’Indonésiens etc., soit au total 90% des habitants de la planète, vivent en effet comme des « Barbares » ou des « Sauvages ». Barbares et sauvages donc les héritiers de Confucius, des bâtisseurs des palais almohades et de ceux du Grand Moghol puisqu’ils n’ont pas encore adhéré à nos « valeurs humanistes », ces immenses marques du progrès humain qui prônent l’individu contre la communauté afin que soient brisées les solidarités, la prosternation devant le « Veau d’Or » afin d’acheter les âmes, la féminisation des esprits contre la virilité afin de désarmer les peuples, les déviances contre l’ordre naturel afin de leur faire perdre leurs repères.

Face à cette arrogance et à cet aveuglement qui constituent le socle de la pensée unique partagée par la « droite » et par la gauche, se dresse l’immense ombre du maréchal Lyautey qui, parlant des peuples colonisés, disait : « Ils ne sont pas inférieurs, ils sont autres ». Tout est dans cette notion de différence, dans cet ethno différentialisme qui implique à la fois respect et acceptation de l’évidence.

Or, c’est cette notion de différence que refusent tous les universalistes. Ceux de « droite », tel Monsieur Guéant, au nom des droits de l’Homme, ceux de gauche au nom du cosmopolitisme et du « village-terre ». B.Lugan

, , , ,

Poster un commentaire

Sarkozy a dilapidé l’or de la France

Classement des réserves d’or par pays

En 2004, Nicolas Sarkozy alors ministre des Finances demande à la Banque de France de « gérer plus activement ses réserves de change ». La France a vendu 600 tonnes d’or pour acheter des devises en Dollars et en Yens. » Était-ce une bonne affaire ? Où est passé le produit de la vente ? Une mauvaise opération.

La Banque de France (BDF) a décidément des progrès à faire. Après avoir essuyé un « constat sévère » de la Cour des comptes en 2005, l’institution a une nouvelle fois été passée au scanner par les Sages de la rue de Cambon. Dans leur rapport annuel 2012, ceux-ci reconnaissent des progrès, mais s’inquiètent toujours d’un réseau territorial trop étendu et recommandent une rationalisation accrue des activités. La Cour dénonce notamment une baisse des effectifs – rendue incontournable après l’entrée de la banque dans l’Eurosystème – en trompe-l’œil : selon les Sages, le mouvement s’est accompagné d’un recours accru à des prestataires externes, soit l’équivalent de 699 postes équivalents temps plein.

Au-delà de ses griefs, la Cour des comptes s’intéresse à un épisode méconnu qui a coûté cher à la puissance publique. Nous sommes en 2004, Nicolas Sarkozy dirige le ministère de l’Économie. Déjà à l’époque, les budgets sont difficiles à boucler et le futur président de la République cherche activement à limiter le déficit public… Le 19 novembre 2004, il annonce dans un communiqué s’être mis d’accord avec le gouverneur de la Banque de France pour une « gestion plus active des réserves de change de l’État ». Il s’agit en fait d’en finir avec la gestion de bon père de famille des réserves de change, grâce à la vente de 500 à 600 tonnes d’or sur les 3 000 tonnes détenues alors par la Banque de France. Le métal jaune, qui ne rapporte pas d’intérêts, doit être remplacé par un portefeuille en devises censé améliorer les rendements. L’État table sur un revenu supérieur à 200 millions d’euros par an. Moins lucide que ses partenaires…

Lire la suite »

, , , ,

Poster un commentaire