Archives de la catégorie Politique

Kadhafi aurait financé Sarkozy pour sa campagne de 2007

Dans un article complet, mais payant, Médiapart apporte des éléments troublants à partir de copies de documents qui tendraient à prouver que Kadhafi aurait financé pour 50 millions d’euros la campagne de 2007 de Sarkozy avec l’implication de Guéant, Hortefeux et Takieddine. Trois anciens ou actuels ministres de l’Intérieur ! Voici quelques éléments, les documents étant sur Médiapart.

RAma yade kadhafi

Voici le texte de la page en libre accès suivi de l’introduction de la page payante de Médiapart : Selon un document consulté par Mediapart, le marchand d’armes Ziad Takieddine, organisateur en 2005 et 2007 des visites de Nicolas Sarkozy et de ses proches en Libye, aurait mis en place les « modalités de financement » de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime de Kadhafi, en lien avec Brice Hortefeux, alors ministre des collectivités locales, et Saïf al-Islam. Un montant de 50 millions d’euros, une banque suisse et un compte à Panama sont évoqués dans ce document.

Le 18 octobre 2011, les policiers ont versé au dossier d’instruction une note de synthèse sur laquelle figure une référence à un document baptisé « GEN/ NS V. MEMO DG », qui contient sans les expliciter les initiales du président de la République. Cette note de synthèse a été rédigée et remise aux enquêteurs par un témoin du dossier, Jean-Charles Brisard, ancien membre de l’équipe de campagne d’Edouard Balladur, en 1995, aujourd’hui dirigeant d’une société de renseignements privée. Le document contient aussi les références du compte suisse de la sœur de Jean-François Copé, le patron de l’UMP, dont M. Brisard est un proche.

Dans le corps de l’article apparaissent divers personnages : monsieur Brisard, témoin clé qui a fait la note de synthèse, le neuro-chirurgien, Didier Grosskof qui a opéré à la demande de Copé, alors ministre (le tout payé par la République bonne fille) le sieur Takieddine ayant subi un traumatisme crânien en avril 2004 lors d’un possible accident de voiture qui pourrait être une tentative de meurtre, et qui ensuite s’est occupé de ce malade et de son suivi médical en France, Copé, l’ami commun, Guéant et Hortefeux tous deux émissaires en Libye et Sarkozy qui s’est rendu plusieurs fois chez Kadhafi.

Dans la note de synthèse remise à la police n’apparaît pas le témoignage du chirurgien qui a donné une version complète à ce Brisard, ce médecin considérant Takieddine comme un des plus grands corrupteurs qui soit. Le chirurgien : « C’est une affaire qui dépasse l’imagination la plus féconde, poursuit le Dr Grosskopf. Je suis désolé comme citoyen par cette affaire. Mais je ne pouvais pas imaginer, en organisant le rapatriement sanitaire de ce monsieur, qu’il s’agissait du plus grand corrupteur de la République. » Le docteur dit en vouloir « au pouvoir » qui l’a entraîné là, mais pas à Jean-François Copé « qui reste un ami ».

Souvenons-nous qu’en mars 2011 Takieddine a été arrêté par la douane française en possession d’1,5 million d’euros en provenance de Libye, et en liquide. Rappelons-nous aussi que le fils de Kadhafi avait nommément accusé Sarkozy d’avoir été financé par la Libye sans que cela ne déclenche d’enquête en France alors que le parquet aurait dû se saisir de l’information et agir. Le soupçon d’une participation libyenne au financement de Nicolas Sarkozy avait été alimenté par les autorités de Tripoli elles-mêmes il y a un an par les déclarations spectaculaires de Kadhafi et de son fils, Saïf al-Islam. Dès le mois de mars 2011, deux jours avant l’intervention militaire occidentale, ce dernier avait accusé le pouvoir français dans un entretien donné à la chaîne Euronews : « Il faut que Sarkozy rende l’argent qu’il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C’est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. »

« La première chose que l’on demande à ce clown, c’est de rendre l’argent au peuple libyen, avait-il ajouté. Nous lui avons accordé une aide afin qu’il œuvre pour le peuple libyen, mais il nous a déçus. Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement. »

Dans cette note de synthèse il est indiqué que ce serait lors de la visite de Sarkozy et Hortefeux que le système de financement aurait été mis en place, le 6 octobre 2005. L’argent aurait transité par une société panaméenne et une banque suisse. Le document est on ne plus clair :

 MEMO DG
SUISSE
 20.12.2006

 CAMP07
 MODALITES FIN CAMPAGNE NS REGLEES LORS DE LA VISITE LIBYE NS + BH 06.10.2005
 PLUSIEURS ENTRETIENS PREALABLES ENTRE ZT ET SAIF AL ISLAM
 ZT CHARGE DU MONTAGE
 ZT INTERV CONTRATS COMM SEC ARMEES ET CARTES ID A PUCES

 FIN LIB 50 ME
 MONTAGE INCLUT SOC BH PAN + BANQUE SUISSE (ND)
 FIN CAMPAGNE TOTALEMENT REGLE

Campagne totalement réglée ! Quoi de mieux ?

Il faut tirer de cet article plusieurs conclusions :

– que la presse devrait faire son travail et introduire ces informations dans la campagne électorale jusqu’à obtenir des réponses

– si cette information est avérée cela implique que Sarkozy a financé illégalement sa campagne électorale de 2007 qu’il est donc illégitime à la tête de la République française, qu’il ne peut décemment pas se représenter

– que ce financement, s’il est avéré, a poussé Sarkozy à inviter Kadhafi à la grande honte de la France, il nous y aura impliqués à notre corps défendant

– que, si ceci est vrai, on peut se poser la question de la mort de Kadhafi d’abord bombardé par l’armée française et nos devons savoir si l’ordre d’éliminer Kadhafi, s’il y a eu ordre, venait de l’Elysée, qui imposerait la Haute Cour de Justice pour juger Sarkozy d’avoir usé des forces militaires françaises pour vouloir faire assassiner un chef d’Etat afin de protéger le secret du financement occulte et illégale de sa campagne de 2007.

Il nous reste moins de six semaines pour nous débarrasser de ce pouvoir. Souvenons-nous à chaque instant de cette campagne qu’Eric Woerth a été mis deux fois en examen dont une pour recel de financement illégal de parti ce qui est une forte suspicion de l’illégalité de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 et donc l’illégalité de son élection. Trouvez aussi ici la vraie timeline de Sarkozy (journal Facebook) Faisons notre Révolution en 2012, et avant si possible. Et votez en conscience après avoir lu ce livre des méfaits du clan Sarkozy Le Sarkozyland et ses méfaits(epub) ou Le Sarkozyland et ses méfaits(issuu)   Lire la suite »

Poster un commentaire

Le vote électronique est anti-démocratique, pourquoi ?

Étoffez vos connaissances sur le sujet : Le vote électronique est-il vraiment possible ?

Après avoir visionné ces vidéos vous ne verrez plus le vote électronique comme un progrès.

, , ,

Poster un commentaire

La Françafrique, fille de la Franc-maçonnerie

Lire la suite »

, , , , ,

Poster un commentaire

L’oligarchie n’existe pas, la preuve…

Lire la suite »

, , , ,

Poster un commentaire

La classe politique française soumise à Israël : Un État dans l’État

Sarkozy au CRIF : « Israël, c’est un miracle »

Lors du dîner du Crif, le 8 février, Nicolas Sarkozy a crié son amour d’Israël : « Israël, c’est un miracle« , a-t-il répété à plusieurs reprises. Il a tenu à rassurer les Israéliens en promettant : « Jamais la France ne reconnaîtra unilatéralement et sans conditions l’Etat palestinien« . Le président de la République française (je le précise) a assuré Israël de son soutien lors d’un éventuel conflit armé avec l’Iran de Mahmoud Ahmadinejad. « Toute mon histoire, ça a été d’être proche d’Israël« , a-t-il insisté.

Nicolas Sarkozy a aussi révisé l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale : selon lui, la France et l’Allemagne ont eu « l’idée folle de la Shoah« … Vous avez bien entendu : la France, avec l’Allemagne, a eu l’idée d’exterminer les juifs d’Europe ! C’est un scoop ! Souvenez-vous : en 2007, celui qui n’était pas encore chef de l’Etat avait tenu un discours très différent : « La France n’a jamais exterminé un peuple, la France n’a pas inventé la Solution finale, la France n’a pas commis de crime contre l’humanité, la France n’a pas commis de génocide…« 

Diantre ! Mais que s’est-il passé en cinq ans pour que la France soit désormais co-responsable, à égalité avec l’Allemagne nazie, de la Shoah ? Peut-être est-ce une question de public : en 2007, Sarkozy s’adressait à un parterre de militants qu’il fallait galvaniser. Il fallait montrer les muscles. Il fallait être fier. Pas de repentance ! Mais en 2012, il parle devant le Crif, sorte d’ambassade israélienne en France, et là Sarko se repent et abaisse la France.

Voici le discours de Nicolas Sarkozy dans son intégralité. Le passage sur la France et l’Allemagne co-responsables de la Shoah se situe à la 7e minute :

Tout le gouvernement, et même toute la classe politique française s’était donnée rendez-vous au dîner du Crif, ce raout incontournable pour qui veut sérieusement briguer le pouvoir en France, à l’exception de François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, et bien sûr les extrêmes (FN, Front de gauche et Verts), boycottés par le Crif pour leur hostilité à l’égard d’Israël. Le journaliste de Public Sénat, qui a une curieuse conception de la République, répète à plusieurs reprises que le dîner du Crif est un « dîner républicain« … alors qu’il s’agit, faut-il le rappeler, d’un dîner communautariste.

Allez, pour le plaisir, réécoutons ces belles archives qui nous montrent un lieutenant de François Hollande (l’homme qui a promis au Crif une grande « sévérité à l’égard des actes antisémites et antisionistes« ) et plusieurs proches de Nicolas Sarkozy dire leur attachement indéfectible et même éternel à Israël… en espérant qu’ils aient au moins le même pour leur pays :

Manuel Valls : « Je suis lié de manière éternelle à Israël » http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=NIfwf19L4lg

Claude Goasguen : « Nous serons les alliés indéfectibles d’Israël, nous défendrons Israël jusqu’au bout, c’est notre destinée, à nous de la république de France« 

Eric Raoult : « Pour moi, Israël, c’est plus important que les retraites »

Enfin, Claude Guéant, à Marseille (France), entre deux drapeaux israéliens :

, , , , , ,

Poster un commentaire

Face au chômage… des plans d’austérité : la solution des technocrates

Conséquences des politiques d’austérité : le chômage ne cesse de progresser dans la zone euro, ce qui fragilise d’autant plus la moindre perspective de croissance. Plan d’austérité, dégradation des notes de la dette des Etats par les agences de notation, la mécanique suicidaire des architectes de la mondialisation sans repères moraux, produit les conséquences attendues. Officiellement, le chômage concerne désormais plus de 10 % de la population active de l’union monétaire. Selon les statistiques officielles, plus de 16 millions de personnes sont désormais sans emploi en zone euro, c’est-à-dire l’équivalent de l’ensemble de la population des Pays-Bas. C’est un record depuis juin 1998, date de l’introduction de l’euro. Depuis cette époque, l’écart entre les pays de la zone nord et ceux appartenant à la zone sud n’a cessé de se creuser. Aujourd’hui, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, subissent de plein fouet les conséquences d’une monnaie unique et d’une politique monétaire commune.

Avant-hier, dans l’émission C dans l’air, l’économiste de l’école Fabienne Christian de Saint-Étienne, a très bien exprimé ce que nous écrivons dans le cadre de la lettre confidentielle depuis plusieurs mois. À savoir que la Grèce est un « laboratoire » où les plans d’austérité se succèdent afin de tester la résistance de la population. Des eurocrates continuent à frapper le peuple grec tandis que les plus grosses fortunes grecques sont déjà en Suisse. Nous arrivons incontestablement à une situation de non-retour. Il ne faut donc pas abuser du bâton, recommande Christian de Saint-Étienne. On ignore ce que l’avenir réserve à la France, et les événements grecs pourraient fort bien se répéter chez nous. Intéressant comme propos, de la part d’un économiste du « Système ».

Il y a beaucoup de malheurs chez nos voisins, et les économistes sont de plus en plus nombreux à pronostiquer que la chute de l’activité en 2012 pénalisera tout le monde. Hier, les plans d’austérité étaient chaudement recommandés pour réduire les déficits budgétaires. Aujourd’hui, comme en témoigne le sommet européen du 30 janvier, les dirigeants politiques de la zone euro évoquent la nécessité de soutenir l’activité. Mais, autant le dire tout de suite, la marge de manoeuvre est très faible car l’ombre des marchés financiers (les fameuses agences de notation) est plus que jamais là. Depuis quelques jours, ces agences de notation dégradent à tout-va banques et États, dans l’indifférence apparente puisque les indices boursiers remontent… grâce aux injections. Remarquez pour certaines valeurs (surtout bancaires) qu’à chaque fois que l’on approche des points pivots donnés par Trader Noé, un petit coup de rein est donné pour éviter de les franchir ! Comme quoi, le scénario est bien huilé et ils savent parfaitement ce qu’ils font. Cela dit, on sait tous ici qu’un jour (re)viendra où les dégradations successives des agences de notation pour les banques, valeurs industrielles et Etats, expliqueront le prochain plongeon. A ce moment, il y aura inéluctablement une forte hausse des coûts de financement de toutes les « structures » dégradées. L’impression dominante est tout simplement que les dirigeants politiques comme les experts choisis pour être leurs conseillers, n’ont pas la moindre solution. Cela durera tant que l’on assistera à une soumission des politiciens au monde financier et à un refus de se soumettre au Système.

Quel que soit le candidat prochainement élu, il ne sera que le sous-fifre de cette finance apatride nauséabonde, dont l’objectif a été clairement exprimé depuis de nombreuses décennies : « Le verrou qui doit sauter c’est la nation ». ll semble bien que nous vivons l’époque de la fin du temps des nations… (lettre information économique)

, , , , ,

Poster un commentaire

Guéant a confondu “Civilisation” et régime politique

Avec ce qu’il faut désormais appeler l’ « affaire Guéant », nous nageons en plein confusionnisme. D’abord parce que Monsieur Guéant a confondu « Civilisation » et régime politique, ce qui, convenons-en, n’est pas tout à fait la même chose…

Ensuite, parce que la gauche dénonce des propos inscrits dans l’exacte ligne de ceux jadis tenus par Victor Hugo, Jules Ferry, Léon Blum ou encore Albert Bayet (*). Pour ces derniers, il existait en effet une hiérarchie entre, d’une part les « peuples civilisés », c’est-à-dire ceux qui se rattachaient aux Lumières et à l’ « esprit de 1789 », et d’autre part ceux qui vivaient encore dans les ténèbres de l’obscurantisme. Jules Ferry déclara ainsi devant les députés le 28 juillet 1885 :

« Il faut dire ouvertement qu’en effet, les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures ; mais parce qu’il y a aussi un devoir. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures ».

Quant à Léon Blum, le 9 juillet 1925, toujours devant les députés, il ne craignit pas de prononcer une phrase qui, aujourd’hui, le conduirait immédiatement devant les tribunaux :

« Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler aux progrès réalisés grâce aux efforts de la science et de l’industrie ».

Reconnaissons que Monsieur Guéant est bien loin d’avoir tenu de tels propos clairement racistes. La gauche ferait donc bien de balayer devant sa porte et si les représentants de la « droite » avaient eu un minimum de culture, ils auraient pu, en utilisant ces citations et bien d’autres encore, renvoyer le député Letchimy au passé de son propre parti.

Le problème est que Monsieur Guéant est un universaliste pour lequel l’étalon maître de la « Civilisation » est, selon ses propres termes, le respect des « valeurs humanistes qui sont les nôtres ».

A ce compte là, effectivement le plus qu’un milliard de Chinois, le milliard d’Indiens, les centaines de millions de Japonais, d’Indonésiens etc., soit au total 90% des habitants de la planète, vivent en effet comme des « Barbares » ou des « Sauvages ». Barbares et sauvages donc les héritiers de Confucius, des bâtisseurs des palais almohades et de ceux du Grand Moghol puisqu’ils n’ont pas encore adhéré à nos « valeurs humanistes », ces immenses marques du progrès humain qui prônent l’individu contre la communauté afin que soient brisées les solidarités, la prosternation devant le « Veau d’Or » afin d’acheter les âmes, la féminisation des esprits contre la virilité afin de désarmer les peuples, les déviances contre l’ordre naturel afin de leur faire perdre leurs repères.

Face à cette arrogance et à cet aveuglement qui constituent le socle de la pensée unique partagée par la « droite » et par la gauche, se dresse l’immense ombre du maréchal Lyautey qui, parlant des peuples colonisés, disait : « Ils ne sont pas inférieurs, ils sont autres ». Tout est dans cette notion de différence, dans cet ethno différentialisme qui implique à la fois respect et acceptation de l’évidence.

Or, c’est cette notion de différence que refusent tous les universalistes. Ceux de « droite », tel Monsieur Guéant, au nom des droits de l’Homme, ceux de gauche au nom du cosmopolitisme et du « village-terre ». B.Lugan

, , , ,

Poster un commentaire

Pourquoi les catholiques aiment François Hollande ?

Voir la vidéo >>> Lire la suite »

, , ,

Poster un commentaire

Analyse de la stratégie de l’UMP pour empêcher Marine Le Pen de se présenter

Vodpod videos no longer available. Ci-dessous le document en question: (« Gamma » étant le code utilisé pour ne pas citer Marine Le Pen)

, , , ,

Poster un commentaire

Le système scolaire français vers la fin de l’intelligence?

Au nom de l’idéologique égalitaire et sous couvert de lutte contre les discriminations, les idéologues de l’enseignement ont programmé la fin de la culture, de la connaissance et finalement de l’intelligence. La preuve par Sciences po …

L’homme de l’avenir sera celui qui aura la plus longue mémoire», disait Nietzsche. Dans la chronique devenue presque quotidienne des coups portés au savoir et à la culture française, un fait retient tout particulièrement l’attention. Sciences po, un de ces objets qui sans voler bien haut n’ont jamais pu être vraiment identifiés, a annoncé dans le cadre de la réforme de sa procédure d’admission la surpression de l’épreuve de culture générale.

Cette mesure s’inscrivait dans une politique affichée de lutte contre les discriminations impulsée par son directeur bien connu, Richard Descoings. Constatant que le système scolaire français entraînait un phénomène de reproduction sociale, le prestigieux institut a fait depuis quelques années de la discrimination positive son cheval de bataille. L’objectif est d’introduire à Sciences po un tiers de boursiers, en nouant des partenariats avec des lycées de banlieue pour faciliter l’entrée d’élèves décrits comme particulièrement doués, mais dont le milieu social, familial et scolaire ne concourrait pas à l’épanouissement intellectuel.

La direction de l’institut aurait pu en rester là et attendre que la mesure produise ses effets. Mais il paraissait nécessaire à Richard Descoings d’accélérer la marche vers l’égalité réelle, quitte à faire passer par pertes et profits le rôle central de son institut dans la formation des élites intellectuelles, économiques et politiques de la France. L’élève de terminale ne sera donc plus aujourd’hui évalué sur sa culture générale et sa capacité de rédaction, mais sur des critères « d’ intelligences », « d’intensité du parcours », de personnalité ou « d’engagement dans la vie associative, sportive, politique ou syndicale ».

Cette réforme soulève plusieurs graves questions. Lire la suite »

, , , , ,

1 commentaire

Francois Hollande et son inquiétante vision de la dette publique

En savoir plus sur François Hollande et le « monde des affaires » : cliquez ici

, , , ,

Poster un commentaire

Documentaire sur les aberrations « pédagogistes » de l’éducation nationale

Vodpod videos no longer available.

, , , ,

Poster un commentaire

L’échec du multiculturalisme

multiculturalisme thuram rokhaya dialloLes sociétés européennes traversent actuellement ce qu’on pourrait appeler une “crise du multiculturalisme” résultant d’un manque d’intégration de certaines populations extra-européennes (en particulier musulmanes) arrivées massivement et récemment sur le sol européen, ce qui occasionne de profonds bouleversements. Au-delà de la constatation des faits directement visibles, il est intéressant de comprendre les mécanismes qui ont d’abord permis la fragilisation des sociétés européennes de l’intérieur, et en quoi ils sont révélateurs des travers d’une certaine mentalité dite “progressiste”.

Le propre des diverses cultures humaines a toujours été d’introduire dans les rapports humains et les événements sociaux une part de symbolique. Se serrer la main, applaudir (ou siffler) à la fin d’un spectacle, respecter une minute de silence sont par exemple autant d’attitudes qui n’ont pas de signification intrinsèque mais uniquement symbolique dans une culture donnée. De la même manière, les événements collectifs (rencontres sportives, célébrations religieuses, fêtes) comportent également une part de symbolique, dont la portée dépasse souvent l’événement en lui-même : en se réunissant au même moment pour un même motif, on perpétue une tradition, on se rencontre, on partage des mêmes valeurs. L’ensemble de ces traditions, rites, usages que l’on connaît sans les avoir jamais appris explicitement constitue justement la culture, et est propre à chaque peuple, société ou groupe.

Dans toutes les civilisations et, à plus petite échelle, dans toute société, ethnie ou groupe (et c’est particulièrement visible dans les sociétés primitives), ces diverses usages aboutissent à la formations d’éléments structurés et institutionnalisés dont l’usage principal, bien qu’il ne saute pas forcément immédiatement aux yeux, est d’assurer la pérennité de la société en question, sa cohésion ainsi que sa protection face aux influences extérieures. Ces structures sont généralement mises à l’abri de la critique par un système de tabous, c’est-à-dire une censure interne que les membres du groupe ont inconsciemment intériorisée et qui fait que l’on s’interdit de remettre en cause ces symboles, car si on le fait, on contribue à mettre en péril l’édifice sociétal. Dans les sociétés européennes traditionnelles, c’était par exemple l’armée, l’Eglise, la police, la famille, le mariage, les traditions culturelles enracinées, le roman national, qui permettaient cette cohésion, et dont la critique était souvent difficile. Songeons qu’il y a quelques dizaines d’années, des artistes comme Georges Brassens ou Boris Vian avaient eu des ennuis pour des chansons raillant la police ou prônant la désertion, qu’avoir un enfant hors mariage était synonyme d’opprobre, qu’on pouvait interdire un journal (en l’occurrence l’hebdo Hara-Kiri) qui s’était moqué de la mort du général de Gaulle, ou qu’on faisait apprendre aux écoliers français une version idyllique de l’Histoire de France.


Une inversion des valeurs qui fragilise et transforme la société  Lire la suite »

, , , ,

Poster un commentaire

François Hollande contre le protectionnisme

Les travailleurs Français apprécierons :

, ,

1 commentaire